Découvrez la nouvelle série vidéo d’Eres « Le PER & MOI »

Antoine, 40 ans, ingénieur, marié avec 2 enfants, habite à Toulouse.

Comme la majorité des Français, Antoine n’aime pas la rente. C’est pourquoi il a toujours refusé d’ouvrir un PERP qui ne lui permet pas de disposer de son capital sauf en cas d’accident de la vie (décès du conjoint,  invalidité, surendettement, expiration des droits aux allocations chômage, liquidation judiciaire).

Pour préparer sa retraite, Antoine épargne depuis 10 ans dans son assurance vie.

Avec le lancement du nouveau Plan d’épargne retraite PER au 1er octobre 2019, Antoine s’interroge aujourd’hui sur sa stratégie pour la retraite.

Antoine, doit-il continuer à alimenter son contrat d’assurance vie ou ouvrir un nouveau PER individuel (PERIN) ?

L’assurance vie et le PER ne sont pas concurrents, ce sont des produits complémentaires. L’assurance vie est un placement à court/moyen terme alors que le PER est orienté retraite.

Le nouveau PER propose de nombreux avantages dont Antoine peut bénéficier :

  • Souplesse à l’entrée grâce à la déduction fiscale à 100% des versements volontaires *
  • Souplesse à la sortie grâce à la possibilité de sortir en capital à 100% y compris pour l’achat de sa résidence principale.

(*) dans la limite des plafonds de retraite individuels et plafonds Madelin

La rente est morte, vive le PER !

De plus, depuis le 1er octobre 2019, Antoine peut bénéficier d’une stratégie à durée limitée pour bénéficier d’un double avantage fiscal.

La loi Pacte offre la possibilité de transférer tous les ans, avant le 1er janvier 2023, des sommes issues de contrats d’assurance vie de plus de 8 ans vers le nouveau Plan d’épargne retraite PER (pour les personnes âgées de moins de 57 ans).

Tout savoir sur les modalités de transfert PER et les bonnes stratégies de transfert

L’avantage fiscal est double :

  • exonération fiscale des plus-values (abattement supplémentaire de 4 600€ pour un célibataire, 9 200€ pour un couple)
  • déductibilité à l’entrée !

Bon à savoir : En cas de transfert assurance vie vers PER, la déductibilité s’effectuera dans la limite du plafond épargne retraite global.

Le cas d’Antoine

Après 10 ans d’épargne, Antoine dispose aujourd’hui de 60 000€ sur son contrat d’assurance vie dont 20 000€ de plus-values.

Pour bénéficier du double avantage, il peut :

  • retirer jusqu’à 27 600€ en franchise de fiscalité (correspondant à 18 400€ de capital et 9 200€ de plus-values)
  • les investir sur un PER pour bénéficier de la déductibilité fiscale (dans la limite de ses plafonds)

Son épargne sur le PER restera disponible à tout moment pour l’achat de sa résidence principale ou en cas d’accident de la vie.

Au moment de son départ en retraite, Antoine pourra choisir une sortie en capital à 100%.

Conclusion :

Le transfert assurance vie vers PER est créateur de valeur dans le cas où vous avez une assurance vie avec des plus-values importantes, et si votre épargne est destinée à financer votre retraite ou l’acquisition de votre résidence principale.

Plus le revenu d’activité d’Antoine est élevé, plus l’intérêt de ce transfert sera fort, du fait d’une défiscalisation importante.

Contactez-nous !

Regardez l’épisode 2 « Le PER & moi » : sortie en capital à 100% d’un article 83, oui c’est possible !