En 2017, avec ses 26 collaborateurs, et sans attendre les aménagements prévus par la loi PACTE, l’entreprise Eco CO2 lance sa première opération d’actionnariat salarié.

Le 13 décembre 2018, le jury du Grand Prix FAS de l’actionnariat salarié lui décerne son « Coup de Cœur » « pour un bel exemple d’économie participative avec un comité de gouvernance démocratique, un dossier engagé présentant une diversité des moyens offerts », selon les membres du jury.

Les jurés sont unanimes sur ce choix qui s’impose comme une évidence. Il faut dire qu’Eco CO2 détonne dans le paysage habituel des grandes multinationales cotées, abonnées aux opérations d’actionnariat salarié. Selon les critères économiques traditionnels, rien ne prédestinait Eco CO2 à être distinguée par des professionnels de l’actionnariat salarié : Jeune, obsédée par la réduction de l’impact environnemental des citoyens,  issue de l’Economie Sociale et Solidaire … Et pourtant.

Eco CO2 est le fruit de l’association de deux anciens cadres dirigeants d’EDF, Jaques Allard et Paul Rossinès, experts de l’innovation dans le domaine de l’énergie. Rapidement, ils orientent leur activité sur la sensibilisation et l’accompagnement des citoyens et des organisations pour réduire leur consommation énergétique.

L’entreprise développe des projets phares comme Watty à l’école (sensibilisation des écoliers aux économies d’énergie), QuartHome (capteurs discrets qui mesurent les consommations d’énergie et contrôlent la température et l’hygrométrie d’un logement), le programme ADVENIR pour le développement et le financement des bornes de recharges de véhicules électriques ou encore TBH, véritable tableau de bord de l’habitat sur la consommation et l’optimisation des habitats.

Le succès est au rendez-vous et la fulgurante croissance du chiffre d’affaires d’Eco CO2 (+145% en moyenne annuelle sur 2014-2017) démontre que les idées vertueuses peuvent aussi trouver leur business model.

Encouragés par leur réussite, les deux dirigeants décident d’aller au bout de leurs idées.

Conseillée par la CCI Ile de France, Eco CO2 change ses statuts et entre dans l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). Par la création d’un Comité de Gouvernance Démocratique, les salariés sont associés aux orientations stratégiques de l’entreprise et réfléchissent aux grands projets pour les années suivantes.

Dans la foulée, Jacques et Paul souhaitent associer leurs 26 collaborateurs au capital de l’entreprise et, accompagnés par Eres, expert et leader indépendant de l’actionnariat salarié collectif, se lancent dans l’actionnariat salarié.

Chaque salarié peut acquérir des actions à des conditions très favorables : détention via un plan d’épargne d’entreprise, décote de 20% sur le prix d’achat et abondement de 300%, taux maximum autorisé (trois actions gratuites pour une achetée). Cette opération est complétée par une attribution gratuite d’actions (AGA).

Le succès est immédiat. 68% des salariés éligibles souscrivent et avec l’AGA complémentaire, 90% des collaborateurs deviennent actionnaires. 9,18% des parts de l’entreprise sont maintenant détenues par ses salariés.

« En tant que salariée, la proposition d’Eco CO2 à investir a constitué un tournant dans la façon dont je percevais mon travail et l’entreprise. Je l’ai vécue comme une promesse d’engagement réciproque qui allait au-delà d’une rémunération en échange d’un travail réalisé. Les énergies ont été décuplées », précise Isabelle Senn Zilberberg, élue rapporteur au comité de gouvernance démocratique d’Eco CO2.

Convaincue de l’intérêt de cette première opération, l’entreprise souhaite la renouveler avec l’aide d’Eres et ambitionne 100% de collaborateurs actionnaires.

« Grâce à ce lien et aux rendez-vous démocratiques, les nouvelles lignes directrices, projets de recherche et de commercialisation sont décidés en commun. L’entreprise appartient ainsi à tous, dans la composition du capital comme dans l’aboutissement des rêves et des idées. » conclut Jacques Allard.

www.ecoco2.com