Suite des résultats de la nouvelle édition de l’étude sur l’actionnariat salarié coté, réalisée par Eres.

En 2016 :

  • 32 entreprises du SBF120 (soit 27%) ont réalisé au moins une augmentation de capital ou une cession d’actions réservées aux salariés. Ceci représente une hausse (en nombre d’entreprises) de +23% par rapport à 2015 ;
  • Le record historique sur les 10 dernières années est atteint avec un total de 35 opérations en 2016, contre 24 en 2006 ;
  • Parmi les opérations pour lesquelles l’information est disponible, 68% utilisent des Fonds Communs de Placement d’Entreprise (FCPE) classiques, 19% des FCPE classiques et à effet de levier et 13% utilisent des formules à effet de levier uniquement (utilisées surtout dans le NEXT80 en 2016) ;
  • Les opérations couvrent de plus en plus de salariés : 92,6% en 2016 contre 81,4% en 2012 ;
  • Près de 8 entreprises sur 10 (77%) du SBF120 ont proposé un abondement (57% sous forme d’attribution d’actions gratuites, 43% en espèce)
  • 94% des entreprises ayant réalisé des opérations d’actionnariat salarié ont proposé une décote aux salariés bénéficiaires dont le taux moyen était de 18% ;
  • 53% des entreprises ont proposé la souscription via un FCPE seulement (47% via un FCPE et en direct) ;
  • Le montant total des opérations réalisées s’est élevé à 2,4 milliards d’euros ;
  • Le montant moyen des opérations réalisées a été de 72,7 M€ ;
  • Le montant moyen par salarié souscripteur s’est élevé à 4 922€ ;
  • En moyenne, 40% des salariés éligibles ont souscrit 60% des actions proposées.

 Lire aussi :

Eres mesure l’impact de l’actionnariat salarié sur des indicateurs RH des sociétés cotées

Pourquoi la France est championne d’Europe de l’actionnariat salarié ?

Etude actionnariat salarié Eres: Olivier de Fontenay détaille les résultats sur TV Finance

Pour 100€ investis, entre 2006 et 2011, en titres de leur entreprise, les salariés du SBF120 ont réalisé un gain moyen de 85% (sans abondement)

Etude actionnariat salarié Eres : Pourquoi la part de salariés actionnaires baisse-t-elle en France ?