Nous avons eu l’occasion dans ces pages de détailler les nombreuses et puissantes avancées pour l’épargne retraite et le partage du profit contenues dans la loi Pacte.

  • Suppression du forfait social effective depuis le 01/01/2019 dans les entreprises de moins de 50 salariés ;
  • Renforcement de l’efficacité de l’actionnariat salarié (la décote maximale passant de 20 à 30% voire 40% et abondement de l’entreprise soumis à un forfait social de 10% maximal, 0% dans les entreprises de moins de 50 salariés) ;
  • Création d’un nouveau plan d’épargne retraite (PER) regroupant l’ensemble des volets d’épargne retraite (partage du profit, versements volontaires déductibles, cotisations obligatoires), transférabilité généralisée et alignement sur le PERCO :
    • Suppression du verrou de la rente : liberté laissée à l’épargnant de liquider son épargne retraite en capital ou en rente viagère
    • Fin du caractère tunnel : liquidation anticipée possible pour acquisition de la résidence principale.

Lire aussi : Epargne salariale et épargne retraite : ce qui va changer avec la loi Pacte

Le gouvernement a su identifier les freins des entreprises et des épargnants et souhaite proposer un cadre plus performant et mieux adapté.

Mais restons vigilants : les ordonnances et décrets à venir vont préciser des points structurants et seront les véritables juges de paix de la réforme :

Toutes ces réponses permettront de déterminer si PACTE sera la réussite majeure esquissée depuis de nombreux mois ou un semi-échec comme l’épargne retraite en a connu tant.

Il est temps que la France rattrape son retard en matière d’épargne retraite par capitalisation : faisons confiance aux experts du ministère des Finances pour transformer l’essai !