Placements en actions : la Génération Z est plus appétente que ses aînés.

En juin 2022, l’Autorité des Marchés Financiers a publié les résultats de l’enquête annuelle SoFia, réalisée par l’institut Kantar [1], sur les comportements bancaires, assurances et crédit des français, et notamment sur la détention d’actions, obligations et placements collectifs (actifs mobiliers). L’occasion de faire le point sur l’évolution du comportement des Français.

Une aversion au risque financier qui reste forte pour la majorité des Français…

En février 2019 nous avions publié un article dans lequel nous constations que la majorité des épargnants français restait réfractaire à la prise de risques. C’était notamment le cas vis-à-vis des placements en actions, considérés comme risqués et réservés à ceux qui disposent de temps, d’argent et de connaissances suffisantes.

Nous notions que les Français avaient, en majorité, une mauvaise perception de la rentabilité des actions, mais que les intentions d’investissement en actions étaient croissantes chez les Millennials (les personnes nées entre 1980 et 1997).

… mais une appétence pour les actions en direct de plus en plus forte chez les jeunes

Au niveau global, la perception de l’investissement en valeurs mobilières par l’épargnant reste relativement stable et l’engouement des Millennials se confirme, puisqu’ils représentent désormais 7% des détenteurs d’actions.

Mais depuis 2020, la Génération Z (les personnes nées entre 1997 et 2010) représente une part de plus en plus importante des investisseurs individuels. Elle dépasse même la génération précédente, en représentant plus de 10% des détenteurs d’actions.

Cet investissement, majoritairement en titres en direct, s’explique par le développement de fintechs spécialisées dans l’investissement en bourse. Elles ciblent en effet très largement ce public encore principalement étudiant.

Une question se pose alors lors de leur entrée dans la vie active : quelles solutions s’offrent à eux pour diversifier leur épargne ?

L’assurance-vie, un outil de diversification possible pour les Millennials

En parallèle de cette étude, l’Autorité des Marchés Financiers a publié son baromètre de l’épargne et de l’investissement [2].

Le baromètre a fait un focus sur la part de la population la plus susceptible de détenir des valeurs mobilières (horizon de placement long, épargne supérieure à 30k€ et qui se dit tolérante au risque). Résultat : les 3/4 de cette population détiennent au moins une enveloppe d’investissement, dont la moitié une assurance-vie en unités de compte.

La Génération Z pourra elle aussi se tourner vers ces contrats d’assurance-vie en unités de compte, qui offrent une meilleure diversification que l’achat de titres en direct, un cadre fiscal plus intéressant et un outil de transmission sécurisé en cas de décès.

L’épargne salariale, une solution optimale dès l’entrée dans la vie active

La Génération Z commence à investir le monde du travail, et ainsi à être équipée en enveloppes d’épargne salariale par leur employeur.

Si aucun focus n’a été fait sur la Génération Z dans l’étude, l’observatoire de l’épargne de l’AMF de juin 2022 montre que les encours d’épargne salariale ont largement augmenté en 2021, même si cette hausse fut principalement due aux tendances haussières du marché.

Le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) est plus intéressant que l’assurance-vie pour l’épargnant, que ce soit d’un point de vue fiscal ou sur d’autres critères importants tels que la disponibilité et la sécurité des avoirs, les frais du contrat et les frais des fonds.

Par ailleurs, le PEE dispose de nombreux cas de déblocage anticipé particulièrement bien adaptés à des jeunes adultes. Ainsi, le Pacs, le mariage ou encore l’acquisition de la résidence principale permettront de débloquer l’épargne en cas de besoin.

Enfin, le PEE permet de bénéficier des éventuels dispositifs incitatifs mis en place par l’entreprise (abondement, intéressement, participation…), rendant la constitution d’un patrimoine financier plus simple.

Le PEE est donc une enveloppe particulièrement bien adaptée aux attentes et besoins de la Génération Z. Il convient pour les acteurs du marché de prendre en considération les codes de cette nouvelle génération (notamment sur les sujets du digital et de l’investissement responsable) afin de susciter encore davantage d’intérêt pour l’épargne salariale.

[1] Etude réalisée sur un panel constant de 11 000 ménages représentatifs de la population française et des sur-échantillons sur deux cibles stratégiques 1000 jeunes (âgés de moins de 25ans) et 1000 affluents (patrimoine 50k€ ou plus)

[2] 2000 personnes représentatives de la population française de 18 ans et plus interrogées en octobre 2021

En bref

Les jeunes sont-ils plus attirés par les placements en actions ?

Il semblerait effectivement que les Millenials et la Génération Z soient plus enclins à se tourner vers des placements en actions. Ces deux générations représente ainsi plus de 17% du nombre total de détenteurs d'actions.

L'épargne salariale est-elle faite pour les jeunes ?

Oui, l'épargne salariale est parfaitement adaptée ! Son cadre fiscal et social est très avantageux et les cas de déblocage anticipé sont pertinents pour des jeunes adultes (Pacs, mariage, acquisition de la résidence principale...). En plus, l'épargne salariale permet de bénéficier des éventuels dispositifs incitatifs mis en place par l'entreprise.

Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Inscrivez-vous à la newsletter
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 6 000 experts répartis dans toute la France