PEE ou assurance-vie : comment choisir ?

Si l’on regarde le sujet de la fiscalité en cas de rachat avant le décès, le PEE l’emporte. Et si l’on étend l’analyse sur les frais (de versement ou de gestion), le match semble plié et c’est le PEE qui gagne !

Nous avons déjà évoqué précédemment les avantages du régime successoral de l’assurance-vie. Notre analyse montre que l’attrait de l’assurance-vie varie en fonction des montants des actifs successoraux dans et hors assurance-vie. Ainsi, dans certains cas, le régime dérogatoire est moins intéressant que le droit commun (cf. La fiscalité de l’assurance-vie est moins bonne que celle du PEE, même en cas de succession (dans certains cas)).

Mais si on regarde de façon plus large : comment choisir entre PEE ou assurance-vie ?

On peut regarder quatre autres critères : disponibilité/sécurité des avoirs, fiscalité en cas de rachat avant le décès, frais du contrat et frais des fonds. En cumulant tous ces critères, alors le match semble plié et c’est le PEE qui gagne (sous réserve que la gamme de fonds proposée soit correcte).

Sur la disponibilité et la sécurité des avoirs

L’épargnant n’ayant pas toujours un objectif précis ou un horizon de placement, la disponibilité des avoirs est essentielle. De ce point de vue, la réforme fiscale a neutralisé la durée du contrat d’assurance-vie.

Désormais, quel que soit l’âge du contrat la fiscalité est la même. L’assurance-vie est donc « liquide » à tout moment, modulo une décision exceptionnelle des pouvoirs publics qui pourraient être amenés à bloquer les rachats en cas de conditions de marché exceptionnelles.

Le PEE fonctionne différemment puisque chaque versement est bloqué 5 ans. Les sommes sont liquides au fil de l’eau après 5 ans. Notons toutefois les nombreux cas de déblocage qui permettent de récupérer son argent en cas de coup dur ou en cas de dépense importante.

Liste des cas de départ : départ de l’entreprise, surendettement, invalidité, décès, divorce, achat ou l’agrandissement de la résidence principale, création/reprise d’une entreprise, mariage/PACS, naissance du 3ème enfant…

Le PEE est donc moins liquide que l’assurance-vie, sauf en cas de nécessité où le PEE devient liquide et en cas de conditions de marché exceptionnelles où l’assurance-vie peut être bloquée.

Sur la fiscalité en cas de rachat

Depuis la réforme fiscale, la situation est nettement en faveur du PEE. En effet, le régime fiscal du PEE est soit aussi favorable soit meilleur que celui de l’assurance-vie. Tous les rachats d’assurance-vie sont désormais taxés de la même façon, quel que soit l’âge du contrat. Seule subsiste la distinction en fonction du montant des rachats.

A partir de 4600€ de plus-values, la fiscalité du PEE est plus intéressante que celle sur l'assurance-vie.

Sur les frais du contrat

En assurance-vie l’assureur prélève des frais de gestion du contrat au fil de l’eau, compris entre 0,6% et 1% des avoirs du contrat. En épargne salariale, il n’existe pas de frais de gestion du contrat, mais des frais de tenue de compte qui sont pris en charge par l’entreprise.

Conclusion : l’épargnant paie donc entre 0,6% et 1% de moins chaque année sur son PEE que sur son assurance-vie.

Lorsque le salarié quitte son entreprise, c’est lui qui paye des frais de tenue de compte d’environ 30 euros par an ce qui correspond à 0,3% par an pour 10 000 euros ou 0,15% pour 20 000 euros.

NB : en moyenne, l’encours d’un contrat d’assurance vie est de 38 781€ (source France Assureurs). Si l’on retient des frais moyens de 0,8%, cela représente 310€ par an.

Le salarié a toujours la possibilité de transférer les avoirs de son ancien PEE dans celui de son nouvel employeur pour éviter ces frais.

Concernant les frais sur versement, il est fréquent qu’ils soient pris en charge par l’employeur dans le PEE, et donc gratuits pour le bénéficiaire. Lorsqu’ils sont à la charge du bénéficiaire, ils sont négociés par l’entreprise et donc moins élevés que sur un contrat ouvert à titre individuel.

Là encore, avantage donc au PEE.

Sur les frais et choix des fonds

En épargne salariale comme en assurance-vie, l’épargnant paie les frais de gestion des fonds qui sont prélevés sur la performance (la performance affichée est nette des frais).

En décembre 2019, une étude de l’AMF a conclu que les taux de frais sur encours des fonds d’épargne salariale se situent à un niveau intermédiaire entre les taux de frais des fonds réservés aux investisseurs institutionnels et les taux des frais des fonds destinés aux épargnants particuliers.

On comprend donc le rôle clef de l’entreprise qui, comme une centrale d’achat permet aux salariés de bénéficier d’un tarif plus attractif que les épargnants pris isolément.

Reste le choix des supports de placement. La plupart des PEE et des contrats d’assurance-vie comprennent entre 5 et 10 fonds couvrant les besoins minimaux des épargnants. Certains contrats d’assurance-vie et PEE proposent toutefois des gammes très larges. L’offre d’épargne salariale PEI/PERI Eres Sélection comprend par exemple plusieurs dizaines de fonds gérés par les meilleurs spécialistes (on parle alors d’architecture ouverte ou de multigestion). Il peut alors être nécessaire d’être accompagné d’un spécialiste (conseil en investissement financier) pour faire son choix.

La différence essentielle entre le PEE et l’assurance-vie tient au fonds en euros (absent dans le PEE). Il faut toutefois noter qu’en phase de hausse des taux (ce qui est le cas depuis le début de 2022), les fonds monétaires présents sur les PEE doivent capturer plus de performance que les fonds en euros.

Conclusion : avantage PEE !

Si l’on regarde l’ensemble des critères que sont la disponibilité, la sécurité, les frais et la fiscalité applicable à son épargne, le PEE est plus intéressant que l’assurance-vie.

Dès lors, il faut intégrer cette solution à sa démarche patrimoniale globale, au-delà des primes payées par l’entreprise (participation, intéressement et abondement). N’hésitez pas à verser chaque année jusqu’à 25% de votre rémunération brute pour profiter à plein de ce super PEA !

FAQ

Sur quels critères comparer le PEE et l'assurance-vie ?

Le PEE et l'assurance-vie peuvent être comparés sur plusieurs critères : la fiscalité en cas de succession, la disponibilité/sécurité des avoirs, la fiscalité en cas de rachat avant le décès, les frais du contrat, et les frais des fonds.

Entre PEE et assurance-vie, lequel a plus de disponibilité et de sécurité concernant les avoirs ?

Le PEE est moins liquide que l’assurance-vie sauf en cas de nécessité où le PEE devient liquide et en cas de conditions de marché exceptionnelles où l’assurance-vie peut être bloquée.

Entre PEE et assurance-vie, lequel possède le moins de frais ?

Le PEE possède moins de frais que l'assurance-vie. En effet, en épargne salariale les frais de gestion sont pris en charge par l'entreprise. 

A lire aussi

Le guide complet de l’épargne salariale : fonctionnement, avantages, fiscalité… 

Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 6 000 experts répartis dans toute la France