L’actionnariat salarié aux temps du Covid 19.

A l’initiative de l’Employee Ownership Foundation (Fondation pour l’actionnariat salarié), une nouvelle étude réalisée par la Rutgers University montre l’impact décisif de l’actionnariat salarié en temps de crise.

Résultats

L’étude révèle que, les entreprises ayant ouvert leur capital à leurs salariés :

  • sont 3,2 fois plus susceptibles de conserver leurs salariés que les autres entreprises ;
  • offrent un niveau de sécurité significativement plus élevé à leurs salariés (maintien de la durée de travail et de la rémunération).

Conclusion : les entreprises qui pratiquent l’actionnariat salarié affichent de meilleurs résultats en termes de maintien de l’emploi et des salaires.

Réactions aux Etats-Unis

D’un point de vue économique, les entreprises appartenant à leurs salariés « ont contribué à la résilience de l’économie » bien plus que les autres entreprises, selon l’étude.

« Cette étude confirme que l’actionnariat salarié est un modèle d’entreprise remarquable qui permet de renforcer la profitabilité des entreprises et la sécurité des salariés », déclare Cindy Turcot, présidente du conseil d’administration de l’Employee Ownership Foundation.

« Cette étude montre que les entreprises détenues par leurs salariés résistent mieux aux crises, tout en sécurisant mieux l’emploi et l’accès à la formation de leurs salariés ».

« Cette étude montre également que l’impact de l’actionnariat salarié est supérieur à celui des mesures d’urgence comme le Paycheck Protection Program (loi de protection des salaires) pour assurer la stabilité et la sécuriser les emplois en temps de crise comme en temps normal », déclare Jim Bonham, président et directeur général de l’Association ESOP.

« Ces conclusions ne remettent pas en cause l’intérêt des mesures d’urgence, mais elles montrent que le développement de l’actionnariat salarié collectif doit clairement être envisagé comme facteur de résilience de notre économie », poursuit Jim Bonham.

« L’actionnariat salarié repose sur l’idée que le capitalisme est plus efficace lorsque les salariés et les actionnaires partagent à la fois les risques et les bénéfices », déclare Jim Bonham.

« Les employés actionnaires sont alors reconnus comme des créateurs de solutions à des problèmes difficiles, et non comme des dépenses à réduire lorsque le chiffre d’affaires diminue. Le résultat – comme l’ont montré cette étude et d’autres – est que lorsque des difficultés économiques surviennent, les employés ont plus de chances de conserver leur emploi et les entreprises ont plus de chances de survivre. L’augmentation du nombre d’entreprises détenues par les salariés est un facteur positif pour la croissance et la sécurité de l’emploi pour notre nation – ce qui est logique et constitue une bonne politique. »

Perspectives en France

Il n’y a pas de recette miracle pour sortir de la crise économique et sanitaire liée à l’épidémie du Covid-19, mais ce que 2020 nous a rappelé, c’est que les leviers les plus puissants sont collectifs, doivent être expliqués voire négociés et profiter à tous.

Inciter les entreprises à miser sur l’actionnariat salarié est une des propositions de Planète CSCA, qu’Eres soutient pleinement. Grâce au développement de cette forme de gouvernance les entreprises renforceront leurs fonds propres, ce qui va assurer leur pérennité dans la durée.

Méthodologie / Echantillon

247 cadres dirigeants des entreprises membres de l’association ESOP et 500 cadres dirigeants d’un panel d’entreprises construit pour être représentatif des entreprises américaines de 50 employés ou plus. Dans cette étude, une entreprise détenue par les salariés désigne une entreprise détenue majoritairement ou à 100 % par ses salariés dans le cadre d’un plan d’actionnariat salarié (ESOP).

Source : Employee-Owned Firms in the COVID-19 Pandemic

Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Inscrivez-vous à la newsletter
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 3 800 experts répartis dans toute la France