Communiqué de presse. Eres publie la 7e édition de son « Baromètre du partage du profit ».

L’intéressement apparaît comme la prime préférée des entreprises en 2018.

Contrairement à la participation, obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés, l’intéressement est un dispositif facultatif. Les entreprises l’utilisent de plus en plus pour verser un complément de rémunération dans des conditions très avantageuses mais aussi pour motiver et fidéliser leur collaborateurs.

Cerise sur le gâteau, l’intéressement bénéficie, depuis le 1er janvier 2019, d’un forfait social à 0% pour les entreprises de moins de 250 salariés. C’est aussi le cas pour la participation et l’abondement dans les sociétés de moins de 50 salariés. Enfin, le gouvernement a instauré fin 2018 une prime exceptionnelle exonérée d’impôts et de prélèvement sociaux, et cette prime est reconduite en 2020 pour les entreprises ayant mis en place un accord d’intéressement. Le pari de l’intéressement est donc gagnant !

Résultats clés du Baromètre du partage du profit Eres

1. En 2018, les entreprises du SBF120 ont versé un montant record de primes de partage du profit (participation, intéressement, abondement PEE/PERCO) à leurs salariés : 5,4 milliards d’euros.

  • L’intéressement représente plus de la moitié (54%) des montants versés.

2. En plus des primes de partage du profit, le montant versé aux salariés actionnaires français est estimé à 680 millions d’euros de dividendes, soit + 8% par rapport à 2014.

3. L’intéressement moyen par salarié dans le SBF120 a atteint un pic en 2018.

  • La prime moyenne d’intéressement s’est élevée à 2 543€ en 2018, un niveau record depuis 2014.
  • L’abondement moyen (1 081€ en 2018) connaît une forte hausse de plus de 26% depuis 2014.
  • Quant à la participation moyenne (1 871€ en 2018), elle est en baisse de près de 5% par rapport à 2014.

4. La prime moyenne de partage du profit dans le SBF120 s’est élevée à 4 137€, chiffre stable depuis 5 ans (4 121€ en 2014). Cette prime moyenne cache des écarts importants entre les entreprises en 2018 :

  • 21% des entreprises du SBF120 ont versé des primes de partage du profit inférieures à 1 000€.
  • 10% des entreprises ont versé des primes de partage du profit supérieures à 10 000€.
  • 18 708€, c’est le record de prime moyenne par salarié.

5. Certains secteurs, notamment celui du luxe, versent plus de primes de partage du profit à leurs salariés que d’autres : 9 034€ en moyenne dans le secteur du luxe contre 4 137€ en moyenne dans le SBF120.

6. Le taux moyen d’abondement dans le PERCO s’élève à 72% et de 107% dans le PEE.

  • Ainsi, pour 1 000€ placés dans le PERCO, l’abondement moyen par salarié du SBF120 est de 720€, et de 1 070€ pour le PEE.

Echantillon et méthodologie :

  • L’échantillon est composé de 78 entreprises du SBF120 qui publient les primes de partage du profit et leurs effectifs France/monde, hors holding financières et foncières.
  • Le baromètre analyse les documents de référence des exercices 2018 publiés en 2019 et les informations disponibles sur les sites Internet.
  • Le montant estimé des dividendes versés aux salariés actionnaires français est calculé en multipliant la quote-part des dividendes versés en France et la part du capital détenu par les salariés.
  • L’historique entre 2014 et 2018 correspond aux entreprises qui composent l’indice SBF120 en 2018.