37 opérations d’actionnariat salarié collectives ont été réalisées dans le SBF120 en 2019

L’actionnariat salarié, un sujet en vogue dans les entreprises du SBF120 : selon les premiers résultats de l’édition 2019 de l’étude annuelle sur l’actionnariat salarié, réalisée par Eres

L’actionnariat salarié est un dispositif gagnant – gagnant pour les salariés et les entreprises. Il permet de fidéliser, motiver les salariés, les associer à un projet d’entreprise, renforcer leur sentiment d’appartenance en les impliquant directement dans la réussite de leur entreprise. Associé aux avantages fiscaux et sociaux de l’épargne salariale, l’actionnariat salarié s’est particulièrement bien développé dans les très grandes entreprises françaises.

Objectif de l’étude :

Comparer la situation de l’actionnariat salarié en France par rapport à l’Europe, analyser les opérations réalisées depuis 2006 dans les entreprises du SBF120 et donner les tendances à venir.

Premiers chiffres clés :

  • 34 entreprises du SBF120 (soit 28%) ont réalisé au moins une augmentation de capital réservée à leurs salariés ou une cession d’actions existantes aux salariés en 2019.
  • Au total, 37 opérations d’augmentation de capital réservées aux salariés ou de cession d’actions ont été réalisées dans le SBF120 en 2019. Ce nombre est le deuxième plus haut pic atteint durant ces 10 dernières années. Il se situe bien au-dessus de la moyenne historique du nombre d’opérations (31 opérations).

Parmi les 34 entreprises ayant réalisé une opération en 2019, 5 sociétés ont fait leur 1ère opération depuis 10 ans, dont 2 entreprises qui se sont lancées pour la première fois dans leur histoire dans l’actionnariat salarié collectif. Et 4 entreprises ont décidé de proposer une décote de 30%, nouveau plafond instauré par la loi Pacte.

L’actionnariat salarié est aujourd’hui un enjeu national avec l’objectif ambitieux du Gouvernement d’arriver à 10% du capital des entreprises françaises détenu par leurs salariés. Les dernières mesures réglementaires (baisse du forfait social sur l’actionnariat salarié et décote de 30% max (au lieu de 20%) pour un blocage de 5 ans) vont dans le bon sens. Elles devraient séduire les entreprises et amplifier le développement de l’actionnariat salarié.

Méthodologie de l’étude

  • Elle est basée sur des données publiques (documents de référence, communiqués de presse) et des informations issues de la FEAS (Fédération Européenne de l’Actionnariat Salarié).
  • L’analyse ne porte que sur les opérations d’actionnariat salarié « collectives » (proposées à l’ensemble des salariés, au moins en France) et non pas aux opérations ciblées.
  • L’historique est mis à jour en fonction de l’évolution de l’indice SBF120.

Notre base enregistre toutes les opérations menées par les entreprises du SBF120. Nous sommes prêts à vous répondre sur des questions précises concernant ces opérations.

Consultez le 1er livre blanc sur l’actionnariat salarié collectif pour découvrir l’état des lieux de l’actionnariat salarié en France, le fonctionnement et les avantages pour l’entreprise et les salariés, le cadrage et la mise en place ainsi que le fonctionnement du FCPE dans le PEE.

Témoignages

Actionnariat salarié dans les PME non cotées : L’exemple Sterimed

L’actionnariat salarié, outil de fidélisation RH : L’exemple Trescal

Une jeune PME de l’économie sociale et solidaire se lance avec succès dans l’actionnariat salarié : L’exemple Eco CO2

 

Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Inscrivez-vous à la newsletter
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 3 800 experts répartis dans toute la France