ISR et performance ne sont pas incompatibles

Acteur du développement de l’investissement ISR en France, La Financière de l’Echiquier (LFDE) a publié une étude sur la compatibilité de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) et de la performance. Réalisée grâce à la notation de près 500 entreprises, sur une période de neuf années, cette étude met en lumière la relation existant entre les entreprises ambitieuses sur les plans Environnementaux, Sociaux et de la Gouvernance (ESG) et leur performance boursière. Elle s’appuie sur la méthodologie d’analyse ESG propriétaire de LFDE, qui attribue aux entreprises une note sur dix points, basée sur 15 critères.

Que faut-il retenir de cette étude ?

  • Investir dans les entreprises bénéficiant des meilleures notes ESG génère durablement une performance supérieure à l’investissement dans les entreprises dotées de mauvaises notes. Sur 9 ans, le portefeuille des meilleurs profils ESG génère une performance 2,3 fois supérieure à celui des pires profils ESG.
  • Parmi les critères E, S et G pris séparément, le critère Social qui renvoie à l’organisation de relations entre personnes et au comportement de l’entreprise avec ses parties prenantes: respect des droits humains, respect des normes internationales du travail…, contribue le plus à la performance. Les mauvaises notes de Gouvernance sont celles qui génèrent le moins de performance.
  • Les portefeuilles constitués des « bons élèves  » ESG ont des niveaux de risque similaires à ceux des portefeuilles composés des « mauvais élèves  » ESG, et proches de ceux des indices. Le couple rendement-risque est néanmoins plus favorable pour les portefeuilles de bonnes notes ESG, qui bénéficient de leurs performances très élevées

Eres gestion accorde une importance aux gérants qui utilisent l’analyse extra-financière dans leur gestion

Nous n’investissons pas directement dans des titres d’émetteurs mais dans des OPCVM gérés par d’autres sociétés de gestion de portefeuille. La sélection des OPCVM se fait de manière indépendante sur la base d’une analyse portant sur

  • l’organisation de la société de gestion (stabilité des équipes, gestion des risques, santé financière…)
  • les fonds (performance, volatilité, composition, benchmark…)

S’y ajoute une analyse sur le niveau de prise en compte des critères extra-financiers ESG.

Chaque année, nous envoyons un questionnaire (due diligence) aux sociétés de gestion afin d’avoir une connaissance fine de la stratégie de l’entreprise, de sa politique d’investissement ESG, de sa situation comptable, de sa situation environnementale et sociale, etc. Cette due diligence permet notamment de questionner et d’apprécier l’intégration des critères ESG dans le processus des fonds. Nous réalisons un suivi permanent de nos investissements et nous abordons l’intégration des critères ESG lors de nos échanges avec les différents membres de l’équipe de gestion.

Les gérants que nous sélectionnons sont particulièrement attentifs au critère de « gouvernance » des entreprises. Ce critère est essentiel à leurs yeux pour défendre l’intérêt des porteurs de parts car il porte sur la question de l’alignement des intérêts entre apporteurs de capitaux et dirigeants d’entreprises. Ce sujet touche des questions comme la rémunération, la composition et le fonctionnement des conseils d’administration ou de surveillance, les procédures de contrôle interne, le respect des règles d’éthique et du droit. Les critères environnementaux et sociaux sont également pris en considération. Nous pensons qu’une gestion de qualité contient en germe les meilleures pratiques ISR avec des investissements dans des entreprises souvent les plus en pointes dans leur comportement extra-financier.

Pour plus d’informations : Consulter notre politique d’investissement responsable !

L’ISR, un sujet parfois méconnu par les épargnants

Malgré un marché en croissance, l’ISR reste encore peu connu du grand public. En septembre 2017, la 8e enquête annuelle Ipsos « Les Français et l’ISR » pour le FIR (Forum pour l’Investissement Responsable) et Vigeo Eiris mettait en lumière la progression de la demande des épargnants français en faveur de produits à impacts ESG mais également le peu de visibilité de ces derniers. Dans son rapport sur l’investissement socialement responsable, l’AMF pointait le peu de lisibilité du marché pour les investisseurs non professionnels, malgré une « amélioration de la qualité de l’information transmise aux souscripteurs dans la documentation réglementaire des organismes de placement collectif ISR ».

Pour la sélection de fonds ISR, Eres gestion s’appuie notamment sur le « label ISR » qui est décerné à des fonds d’investissements qui répondent à un cahier des charges précis. Ce label ISR a été mis en place pour attester de l’investissement responsable du placement. Il est soutenu par le Ministère des finances et garantit une meilleure communication sur la démarche d’analyse et de sélection des valeurs ainsi que sur la mesure des impacts dans la durée.

La finance solidaire est un autre moyen de contribuer au développement d’une économie réelle, respectueuse des personnes et de l’environnement

La finance solidaire, qui n’est pas à confondre avec la finance ISR, est une autre façon d’investir selon des valeurs d’éthique et d’engagement. La finance solidaire permet d’investir dans l’économie sociale et solidaire (ESS), qui compte plus de 200 000 entreprises, et de soutenir des projets à fort impact social et environnemental qui vont par exemple contribuer à la lutte contre les exclusions, à la transition écologique, au développement local et à la solidarité internationale avec comme objectif d’améliorer les conditions de vie d’autrui pour les générations actuelles et les générations futures.

Vous souhaitez en savoir plus ? Consulter notre rubrique solidaire !