Découvrez nos recommandations.

Le résultat et les performances passées présentés ne constituent pas une prévision de la performance future de vos investissements. Il ne fait qu’illustrer les mécanismes de votre investissement sur la durée de placement. Ces performances ne sont pas constantes dans le temps et l’évolution de la valeur de votre investissement pourra s’écarter de ce qui est affiché, à la hausse comme à la baisse. Ce fonds n’offre aucune garantie sur le capital et les gains et les pertes peuvent dépasser les montants affichés ci-dessus à la fois dans les scénarios les plus favorables et les plus défavorables

Sur le tableau ci-dessus, on voit que si l’on arrête les performances en 2018 (année où 90 % des classes d’actifs finissent dans le rouge, une première depuis 1901) et suivant les fonds choisis, les performances sont disparates. Après une année ardue, l’investisseur particulier aurait tendance à sortir des fonds ou à diminuer drastiquement le niveau de risque de ses investissements. Or dans les années volatiles comme en 2018, il est nécessaire de continuer sa stratégie d’investissement régulier afin de prendre le rebond des marchés, qui s’est notamment opéré au 1er semestre 2019.

Voici quelques rappels pour votre épargne :

1/ La date de l’investissement est clef dans la performance globale

La date d’investissement dans un FCPE (fonds communs de placement d’entreprise) est de loin la composante la plus importante dans la performance future d’un portefeuille de placements. Et pourtant, personne ne peut systématiquement acheter au plus bas et vendre au plus haut. Les FCPE sont guidés par l’évolution des marchés et connaissent chaque année des performances différentes. Les FCPE investis en actions connaîtront les variations les plus sensibles à la hausse comme à la baisse.

Cette alternance de bonnes et de moins bonnes années fait partie du marché, elle est incontournable, la meilleure règle pour s’en affranchir est d’épargner régulièrement, c’est-à-dire à minima tous les ans et mieux tous les trimestres. Si vous êtes conseillés par un professionnel ou si vous savez suivre vos placements, cette règle de base peut s’accompagner de légères variantes en fonction du contexte des marchés : renforcer les actions dans les marchés fortement baissiers, quand plus personne ne veut d’actions (1987, 2001, 2008, 2011, 2018) c’est là que vous ferez à long terme les meilleures affaires.

2/ Un bon gérant est préférable à un fonds indiciel

Ce point fait régulièrement débat. Nous sommes convaincus que la gestion active et une bonne sélection d’entreprises permet de créer de la valeur à moyen/long terme. Certes, le bon gérant ne bat pas son indice tous les ans, mais à certaines périodes il va creuser des écarts positifs très significatifs par rapport à l’indice. Pour profiter de ces moments de fortes surperformances, il est nécessaire d’investir régulièrement et durablement.

3/ Diversifier ses placements

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Même les meilleurs gérants ont des cycles moins favorables. En répartissant son épargne sur différents gérants, on limite le risque. Ainsi, dans les années chahutées et selon les circonstances, les hausses de certains fonds compensent les baisses des autres. De plus, l’analyse historique des cours de bourse montre que le risque de perte d’un portefeuille suffisamment diversifié décroît avec le temps.

Sur le long terme, l’investissement en actions procure davantage de rendement, à condition d’accepter une certaine volatilité. Pour amoindrir la volatilité, il faut investir régulièrement via des versements réguliers afin de lisser les performances. Les actions achetées régulièrement et sélectionnées par les meilleurs gérants produisent un rendement plus régulier.

4/ Avoir une vision long terme

Dans le contexte inédit de taux bas et de taux négatifs, les marchés actions continuent d’offrir les meilleures perspectives de rendement à moyen/long terme. En effet, les placements monétaires détruisent de la valeur, tout comme l’investissement sur des emprunts d’Etat dont les rendements ne compensent même pas l’inflation. Ainsi, à fin juin 2019, la France emprunte désormais « gratuitement » sur les marchés, avec une rémunération de -0.05% sur son taux d’emprunt à 10 ans.

Pour être plus précis, si vous prêtez de l’argent à l’Etat français sur 10 ans, non seulement cela ne vous rapportera rien pendant 10 ans, mais cela peut vous coûtez de l’argent !

5/ Privilégier la gestion pilotée

Pour les personnes qui n’ont pas le temps, ou qui n’ont pas envie d’effectuer une gymnastique mathématique, pour gérer elles-mêmes leurs placements, il existe une solution : la « gestion pilotée », une solution d’investissement pour tous. Le principe général est de laisser un professionnel diriger son épargne.

Pour répondre aux besoins du plus grand nombre d’épargnants Eres a mis en place la gestion pilotée PEE Eres sélection qui investit et rééquilibre l’épargne automatiquement sur 3 FCPE de votre plan d’épargne salariale.

Découvrez comment choisir le ou les fonds sur lesquels investir votre épargne salariale