Les primes de partage du profit baissent dans le SBF120, mais moins fortement que les dividendes.

Selon les résultats de la 9ème édition du « Baromètre du partage du profit » Eres – Communiqué de presse

Objectifs de l’étude :

Étudier l’évolution des versements de primes de partage du profit dans les entreprises du SBF120, analyser la répartition du partage du profit entre les salariés et les actionnaires, donner les tendances à venir.

Résultats clés

Dividendes

En 2020, les dividendes ont drastiquement chuté dans le SBF120.

  • Les entreprises du SBF120 ont distribué 36 Mds d’€ de dividendes, soit une baisse de 41,6 % par rapport à 2019,
  • 42 entreprises (35%) ont annulé le versement de dividendes en 2020 portant sur l’exercice 2019.
  • 41 entreprises (34%) ont baissé le montant des dividendes distribués à leurs actionnaires en 2020.

Prêt garanti par l’Etat (PGE)

Les entreprises du SBF120 ont faiblement utilisé le dispositif de PGE  mis à leur disposition en 2020.

  • 12 entreprises ont souscrit un PGE en 2020 .

«  Le mécanisme du PGE permet aux entreprises d’obtenir des prêts auprès des banques que l’Etat s’engage à rembourser si l’entreprise fait défaut. On ne distingue pas un secteur plus représenté qu’un autre parmi les entreprises ayant contracté un PGE, ce qui révèle bien la portée de la crise. Les PGE ont souvent été souscrits par les entreprises dont l’activité a été réduite et qui ont des problèmes de liquidité du fait de retards de paiement de leurs clients »,  commente Mirela Stoeva, Responsable des études chez Eres.

  • Parmi celles-ci, 9 ont eu un résultat net négatif à l’issue de l’exercice 2020.

 Primes de partage du profit

Malgré la crise, les entreprises ont distribué 4,99 Mds d’€ de primes de partage du profit (participation, intéressement, abondement PEE/PERECO/PERCO).

  • Cela représente une baisse de 13% par rapport au montant record distribué en 2019.

« L’impact réel de la crise Covid sur les primes de partage du profit n’est pas encore connu : les chiffres de l’épargne salariale en 2020 représentent les versements faits au titre de l’exercice clôt fin 2019. Ils ne renseignent donc pas encore sur l’impact de la crise du Covid-19 sur l’épargne salariale », explique Pierre-Emmanuel Sassonia, Directeur associé chez Eres.

  • En plus des primes de partage du profit, le montant versé de dividendes aux salariés actionnaires français en 2020 est estimé à près de 410 millions d’euros.

La prime moyenne de partage du profit dans le SBF120 s’élève à 4 266 € par salarié en 2020.

Cette prime moyenne cache de grandes disparités entre les entreprises du SBF120 :

  • 22% des entreprises du SBF120 ont versé des primes de partage du profit inférieures à 1000 € par salarié ;
  • 12% des entreprises du SBF120 ont versé des primes supérieures à 10 000 € par salarié ;
  • En 2020, la prime de partage du profit par salarié record s’élève à 25 133€.

Les primes de partage du profit par secteur diffèrent aussi : en 2020, le secteur de la consommation et de l’agroalimentaire a versé des primes de partage du profit supérieures à celle des autres secteurs au sein du SBF120. Le luxe reste néanmoins le secteur le plus généreux sur les 5 dernières années.

Les premiers impacts de la crise du COVID-19

  • A fin juillet 2021, 13 entreprises du SBF120 ont déjà donné le montant de leurs primes collectives versées en 2021 au titre de l’exercice 2020, avec une baisse enregistrée de 9,6% par rapport à l’année passée.

«  Ces premiers résultats confirment la baisse pressentie suite à une année très difficile pour les entreprises, mais on peut déjà prévoir que certains secteurs comme l’aéronautique seront très touchés »  analyse Mirela Stoeva.

« Les entreprises se sont saisies des dispositifs d’épargne salariale pour motiver leurs salariés même dans un contexte très déprimé. La révision des objectifs d’intéressement, la distribution de suppléments d’intéressement et/ou de participation sont autant de moyens pour motiver les salariés et récompenser leurs efforts faits dans ces conditions  inédites. La démocratisation du PER et la reprise économique devraient redonner une impulsion à l’épargne salariale pour la fin de l’année 2021 et l’année 2022. »  conclut Pierre-Emmanuel Sassonia.

Echantillon et méthodologie

  • L’échantillon est composé de 78 entreprises du SBF120 qui publient les primes de partage du profit et leurs effectifs France/monde.
  • Le baromètre est fondé sur des données publiques (document d’enregistrement universel, communiqué de presse) de l’exercice 2020 publiées en 2021, ainsi que sur les informations disponibles sur les sites internet.
  • Il exclut les holdings financières et les foncières pour l’analyse de la répartition du partage de profit.
  • Le montant estimé des dividendes versés aux salariés actionnaires français est calculé en multipliant la quote-part des dividendes versés en France et la part du capital détenu par les salariés.
  • L’historique entre 2012 et 2020 correspond aux entreprises qui composent l’indice SBF120 au 31 décembre 2020.
Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Inscrivez-vous à la newsletter
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 5 000 experts répartis dans toute la France