À l’heure où nos baby-boomers entrepreneurs s’interrogent sur leur succession à la direction de leur société, l’actionnariat salarié entre progressivement dans la liste des différents mécanismes possibles.

En effet, une des options lorsqu’on part à la retraite est de vendre sa société à ses propres employés plutôt qu’à un investisseur ou un concurrent, comme un moyen de préserver la culture et l’ADN de la société dans le temps. Mais il n’est pas nécessaire d’être proche de la retraite pour considérer cette éventualité. Pour certains entrepreneurs, cela peut faire partie d’une stratégie de croissance à long terme.

C’est le cas de Shawn Burchams et sa femme, que nous raconte le magazine Forbes, qui ont créé il y a plus de 30 ans une société spécialisée dans la fourniture d’ustensiles de rôtisserie et vendu 100% de leur société à leurs employés dans le cadre d’un ESOP (Employee Stock Ownership Plan). Ils restent malgré tout à la direction de leur société jusqu’à leur retraite étant tous les deux quadragénaires.

Créée en 1998, « Champs Chicken » produit aujourd’hui dans une usine de plus de 6 000m2 et fournit plus de 1 000 points de vente dans l’ensemble des Etats-Unis. Avec un chiffre d’affaire de 50 millions de dollars en 2016, la société en pleine croissance entreprend son expansion à l’international. Shawn Burchams témoigne que sa société possède depuis le début une longue histoire avec l’actionnariat salarié qui a toujours fait partie de son ADN.

« Je crois sincèrement à l’éducation des employés au business pour les amener à penser et à agir comme des managers. Mais cela n’arrive pas du jour au lendemain bien sûr » rapporte Shawn Burcham.

En vendant sa société à ses employés, Shawn Burcham leur a donné une formidable opportunité de devenir de véritables chefs d’entreprise. En tant que copropriétaires, les équipes seront davantage motivées, impliquées et soudées les unes aux autres pour perpétuer la croissance et la rentabilité. Mais également, en tant que co-actionnaires, ils ont maintenant un réel intérêt financier à participer au succès de leur entreprise.

Shawn, qui a relaté son expérience sur son blog, espère que d’autres dirigeants comme lui verront les bénéfices de l’actionnariat salarié. Comme un moyen de contribuer à la croissance de son entreprise tout en donnant l’opportunité aux salariés d’en faire de même pour construire leur propre richesse.

En France un mécanisme a été créé dans cette optique, le FCPE de reprise. Malheureusement plusieurs contraintes l’empêchent de se développer, nous travaillons activement à son évolution réglementaire pour en faire l’ESOP français.

Lire aussi :

FCPE d’actionnariat ou comment associer tous ses salariés de façon efficace et simple au capital de l’entreprise