Une tendance semble progressivement se dessiner pour désormais devenir la norme : les chefs d’entreprise sont de plus en plus nombreux à attendre de leur expert-comptable un accompagnement dans le pilotage et la gestion de leur structure. Déjà évoqué dans l’édition 2014 de l’étude sur le marché de la profession comptable du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables (CSOEC), l’édition 2017 confirme ces prévisions.

La nouvelle édition de l’étude indique en effet que l’assistance et la recherche d’informations juridiques, fiscales et sociales reste l’attente principale des dirigeants de TPE-PME pour faire appel à un expert-comptable. Mais ces attentes tendent à devenir de plus en plus vastes dans un environnement de plus en plus complexe :

  • Les clients sont de plus en plus nombreux à exprimer de véritables besoins dans le domaine de l’accompagnement et du conseil en gestion : 48% des clients attendent des conseils pour gérer leur patrimoine, 43% une assistance pour la gestion de leur trésorerie, 41% une aide à la négociation de crédits avec les banques, 40% une assistance pour gérer les relances et les contentieux avec leurs propres clients, etc.

D’une certaine manière, les clients attendent de leur expert-comptable de ne plus se cantonner à ses missions comptable et sociale, mais de devenir un véritable expert-conseil…

En effet, l’étude note « que les clients des cabinets sont de plus en plus nombreux à les attendre dans des domaines plus éloignés de leur cœur de métier : l’aide au recrutement, le conseil informatique, le marketing et la communication, l’aide à l’export, etc. »

Lorsque les non-clients de la profession sont interrogés, l’accompagnement dans le pilotage de la structure ressort comme attente principale envers un expert-comptable. Le CSOEC souligne que la principale raison pouvant pousser une société non-cliente à le devenir est de bénéficier de conseils et cela pour la moitié des répondants.

Alors, après Superman et sa kryptonite, Superexpert et son couteau suisse de la gestion va-t-il partir à la rescousse de nos entreprises françaises ?

Lire aussi :

Structurer le conseil en épargne salariale au sein d’un cabinet d’expertise-comptable