Alors cette année, pour la Saint Valentin, oubliez les fleurs ou le chocolat : offrez-lui un PER !

Les droits à réversion des régimes de retraite obligatoires manquent de souplesse :

  • la liste des bénéficiaires est rigide… et moralisatrice : ne sont concernés que les conjoints ou ex-conjoints mariés ;
  • la réversion est partagée entre le conjoint et les ex-conjoints au prorata de la durée de mariage ;
  • pour l’assurance vieillesse, la réversion est soumise à une condition de ressources : un célibataire doit disposer de moins de 21 112€ de ressources annuelles, un couple (en cas de remariage) de moins de 33 779€.
  • Pour les régimes AGIRC-ARRCO, les droits à réversion sont définitivement perdus en cas de remariage

Par exemple, le taux de la pension de réversion de la retraite de base des salariés est de 54%. Concernant la retraite complémentaire (AGIRC-ARRCO), il est de 60%.

Au final, les régimes obligatoires n’offrent aucune souplesse pour s’adapter aux besoins des actifs et futurs retraités.

Le nouveau plan d’épargne retraite PER au contraire offre de très nombreuses possibilités :

  • les plafonds d’épargne retraite peuvent être mis en commun par les époux et les partenaires de PACS et affectés librement entre eux. Ce « détail » permettra par exemple de faire profiter au conjoint/partenaire qui a les revenus les plus faibles (donc la retraite future la plus faible) d’une épargne retraite personnelle boostée par le budget non utilisé du conjoint/partenaire qui a les revenus les plus forts !
  • les montants investis sur un PER sont déblocables en cas de décès du conjoint ou du partenaire de PACS : en cas de différence d’âge importante au sein d’un couple, il est souvent judicieux de proposer au conjoint/partenaire le plus jeune de souscrire un PER ce qui lui assurera le versement d’un capital exonéré d’impôt sur le revenu en cas de décès de son conjoint/partenaire ;
  • sur un contrat assurantiel, l’utilisation d’une clause bénéficiaire adaptée permettra de protéger le conjoint/partenaire survivant … ou tout autre bénéficiaire désigné librement ! Et si vous souhaitez absolument sortir en rente viagère, les options de rente modernes (annuités garanties combinées à une réversion comprise entre 30% et 100%) permettent de sécuriser le conjoint/partenaire survivant… ou tout autre bénéficiaire désigné librement !

Au final, la souplesse d’alimentation et de récupération de l’épargne investie sur un PER en fait un outil extrêmement efficace de protection entre conjoints.

Alors cette année, pour la Saint Valentin, oubliez les fleurs ou le chocolat : offrez-lui un PER !

Et promis, on ne lui dira pas que vous l’avez eu en soldes, en profitant au passage d’une réduction d’impôt de 30, 41 ou 45% selon votre tranche marginale d’imposition…