Découvrez notre commentaire de gestion qui présente l’essentiel des marchés financiers du mois écoulé.

Banques centrales encore et toujours

Face à des indicateurs économiques de plus en plus mitigés, les Banques centrales ont de nouveau agi en septembre pour soutenir l’activité.

La révision à la baisse de l’inflation et les risques pesant sur les perspectives économiques en zone euro ont poussé la BCE à réactiver le programme d’achats d’actifs. A compter du 1er novembre, la BCE achètera donc pour 20 milliards d’euros par mois de dettes publiques et d’obligations privées. Par ailleurs, pour inciter les banques à distribuer davantage de crédits, le taux de dépôt passe de -0.40% à -0.50%. Toute hausse de taux est désormais exclue tant que l’inflation ne retrouve pas l’objectif cible proche de 2%.

Outre-Atlantique, la FED adopte également une politique monétaire accommodante en baissant ses taux directeurs d’un quart de point, et laissant la porte ouverte à de nouvelles baisses au cours des prochains mois.

Point sur les marchés

Après un mois d’août compliqué sur les marchés, ces annonces tant attendues ont été accueillies favorablement. Les actions européennes réalisent la meilleure performance, en hausse de 3.60%. Un début de rotation vers les valeurs décotées et celles sensibles au cycle économique s’est opéré. En difficultés depuis plusieurs derniers mois, les valeurs financières et les équipementiers automobiles progressent fortement.

Sur les marchés de taux, les rendements ont légèrement augmenté mais restent à des niveaux anormalement bas : une obligation à 10 ans de l’Etat français « rapporte » -0.30% par an.

A noter au cours du mois, la flambée épisodique des cours du pétrole (près de 20% en séance), à la suite d’une attaque de drones sur des sites de production en Arabie Saoudite. La situation est revenue à la normale sur les prix après l’annonce que la production pourrait reprendre rapidement.

Enfin, pour clôturer le mois, une procédure de destitution a été lancée contre D.Trump, sans impact sur les marchés financiers. Les précédents dans l’histoire américaine montrent que cette démarche a très peu de chance d’aboutir.

Les orientations de gestion

Afin de prendre en compte le début de rotation sectorielle, nous avons renforcé la thématique valeurs décotées dans la gestion. A l’heure où les taux offrent des rémunérations négatives, des rendements significatifs sur certaines actions sont à capter. Par ailleurs, nous avons renforcé les actions de petites et moyennes capitalisations, délaissées par les investisseurs depuis un an mais présentant un potentiel de revalorisation intéressant.