Commentaire de gestion : politique vaccinale, perspectives et reflation.

Découvrez le commentaire de gestion réalisé par l’équipe Eres, pour présenter l’essentiel des marchés financiers du mois écoulé.

Politique vaccinale : le grand enjeu de ce début d’année

La maitrise de la pandémie reste le grand enjeu de ce début d’année. Les Etats doivent désormais mettre en place et organiser leur politique vaccinale qui sera déterminante pour espérer revenir à la « vie normale ». Mais les stratégies sont très hétérogènes et les retards de livraison notamment du vaccin produit par les laboratoires Pfizer et BioNTech nuisent au déploiement de cette politique vaccinale. Ainsi, alors qu’en Israël plus de la moitié de la population a déjà reçu au moins une dose de vaccin, dans l’Union européenne, seulement 6% de la population a eu accès au vaccin.

Pour pallier ces retards, les laboratoires qui n’ont pas réussi à développer de vaccin mettent leurs forces de production à disposition, comme le laboratoire allemand Merck, qui produira le vaccin développé par Johnson & Johnson pour lequel le feu vert de l’Union européenne devrait arriver prochainement.

En parallèle, les Etats continuent de passer des commandes auprès des laboratoires, comme le Royaume-Uni, qui a commandé 40 millions de doses supplémentaires au laboratoire franco-autrichien Valvena.

Le paysage économique continue de s’éclaircir

Malgré un début d’année délicat marqué par le durcissement des mesures sanitaires, notamment en Europe, les perspectives d’une forte reprise économique restent favorables. Le rebond de l’activité se manifeste déjà en Chine, poussant les prix des matières 1ères à la hausse, notamment le pétrole qui progresse de plus de 30% depuis le début de l’année, et entrainant par la même occasion des craintes d’une poussée inflationniste. Les marchés obligataires ont réagi par une remontée des taux longs américains qui s’est propagée en Europe. Ainsi, le rendement des taux américains à 10 ans a atteint 1,53% et celui de l’emprunt d’Etat français est repassé ponctuellement en territoire positif, une première depuis juin dernier.

Les marchés actions ont également été impactés. Les valeurs cycliques dites « value » ont bénéficié des bons résultats des publications économiques. A titre d’exemple, l’action de la Société Générale progresse de plus de 33%, celle d’Exxon Mobil est en hausse de 23% sur le mois. A l’inverse, les valeurs technologiques sont à la peine à l’instar d’Amazon dont le titre baisse de plus de 3%.

La reflation, scénario central pour 2021

Toutefois, les indicateurs économiques, notamment l’inflation, sont surveillés de près par les marchés financiers, inquiets d’une potentielle surchauffe de l’économie. En effet, les plans de relance budgétaire et le soutien monétaire mis en œuvre par les Banques centrales sont colossaux. Aux Etats-Unis, le plan de relance de 1 900 milliards de dollars présenté par le Président Biden atteint 10% du PIB américain, dont une partie est directement versée dans la poche des ménages.

Cette épargne accumulée pourrait provoquer une remontée trop brusque de l’activité et un accès de volatilité sur les marchés. Ces derniers restant fragiles, il s’agira donc d’être attentif aux prochaines publications de l’inflation qui, en cas de hausse trop brutale, pourrait faire replonger les marchés.

Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Inscrivez-vous à la newsletter
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 3 800 experts répartis dans toute la France