Commentaire de gestion : L’Europe en tête des marchés financiers.

Découvrez le commentaire de gestion réalisé par l’équipe Eres, pour présenter l’essentiel des marchés financiers du mois écoulé.

Les marchés boursiers mondiaux restent rythmés par deux éléments : l’avancement des campagnes de vaccination et la reprise économique.

Aux Etats-Unis la politique vaccinale se poursuit. Désormais près de 50% de la population a reçu au moins une dose. L’Europe, en retard à l’allumage, a sensiblement accéléré sa campagne de vaccination, permettant aux gouvernements d’initier la levée progressive des restrictions sanitaires et la réouverture des frontières. Le Royaume-Uni reste en tête des pays européens avec plus de 58% de la population vaccinée (au moins une dose). Dans le reste de l’Europe, ce chiffre s’inscrit en moyenne autour de 40% mais le rythme s’est considérablement accéléré au cours du dernier mois, notamment en France et en Allemagne.

L’amélioration de la situation sanitaire et la réouverture des économies en Europe ont favorisé les marchés boursiers, toujours soutenus par les valeurs cycliques. Les bourses européennes surperforment les marchés américains au mois de mai : l’Eurostoxx progresse ainsi de 1,8% contre un léger recul de 0,1% pour le S&P 500 (en devises locales).

Des indicateurs économiques qui ne cessent de progresser

Sur le plan conjoncturel, les indicateurs économiques des pays développés sont au plus haut, avec un léger retard dans le secteur des services en raison de la récente levée des restrictions sanitaires. Ainsi, en Zone euro, la croissance du secteur manufacturier affiche un rythme de progression sans précédent. Par ailleurs, l’indicateur relatif au secteur des services, jusque-là en retrait du fait des mesures de confinement et de couvre-feu en vigueur, a fortement rebondi. Aux Etats-Unis, les indicateurs économiques sont particulièrement solides.

En Chine, l’activité manufacturière continue son rythme de progression grâce au rebond de la demande intérieure et des exportations.

L’inflation en toile de fond  

Le fort rebond de l’activité combiné aux soutiens budgétaire et monétaire en Europe et aux Etats-Unis font craindre une surchauffe de l’économie et une poussée de l’inflation. On observe des tensions sur les prix sur quelques segments : matières premières, produits agricoles, semi-conducteurs, coût du fret maritime pour le transport de marchandises, marché des voitures d’occasion aux Etats-Unis…Conséquence pour les marchés obligataires : les taux longs, notamment américains, sont fortement remontés au cours de ce premier semestre.

Les dernières publications affichent une inflation à 2% en Zone euro, proche du taux cible fixé par la Banque Centrale Européenne (BCE). Aux Etats-Unis, les prix à la consommation de base atteignent 3% sur un an glissant, un plus haut depuis le milieu des années 1990 ! Phénomène transitoire ou amené à perdurer ? Pour le moment les banques centrales optent pour la première option et maintiennent leur politique monétaire ultra accommodante…

N.B : Tout investissement présente un risque de perte en capital. Les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable quant aux performances futures de vos investissements. Les performances ne sont pas constantes dans le temps.

 

Partager cet article
Ne ratez rien
des actus Eres
Inscrivez-vous à la newsletter
Et si on en parlait ?

Bénéficiez du conseil de l’un de nos 3 800 experts répartis dans toute la France