Regardez la vidéo

Depuis le 1er janvier 2019, l’impôt sur le revenu est prélevé à la source, ce qui s’est traduit par une année blanche en 2018 et par une inefficacité fiscale des cotisations versées sur les Plans d’épargne retraite populaire PERP.

En 2019, on revient partiellement à la normale. Qu’est-ce que cela veut dire?  Et bien que les revenus 2019 seront taxés et que les cotisations versées sur un PERP seront donc déductibles.

Mais attention, une mesure votée fin 2017 peut limiter cette déductibilité.

En effet, si les primes versées en 2018 étaient inférieures aux primes versées en 2017 et en 2019, alors le montant déductible en 2019 correspondra à la moyenne des primes 2018 et 2019.

Si vos clients n’ont rien versé en 2017, aucune contrainte ne s’applique. Les primes 2019 sont déductibles normalement.

Si vos clients ont versé en 2017 et ont versé au moins autant en 2018 qu’en 2017, les primes 2019 sont déductibles normalement.

Si vos clients ont versé en 2017 et ont versé moins en 2018 qu’en 2017, les primes 2019 ne seront qu’à moitié déductibles.

La solution est de faire souscrire le conjoint ou partenaire de PACS qui n’a pas versé en 2017 et qui bénéficie dès lors d’une efficacité normale.

Pour terminer, 2019 c’est surtout l’année de la révolution de l’épargne retraite avec la loi #PACTE.

Cette loi devrait permettre la liquidation en capital des contrats de retraite individuels.

Dès 2019, on devrait donc pouvoir:

  • déduire ses versements sur un PERP,
  • bénéficier à terme d’une sortie en capital et
  • liquider par anticipation pour acquisition de sa résidence principale.

2019, c’est l’année de la retraite.