Pouvez-vous définir la diversification des risques? Identifier les conséquences de l’inflation? Calculer les intérêts d’un prêt ? Si vous avez répondu oui à ces trois questions, vous avez une meilleure culture financière que 48% des Français et deux tiers de la population mondiale.

Selon une enquête réalisée par Standard & Poor’s en 2014, auprès de 150 000 personnes dans 143 pays dans le monde, afin d’évaluer leurs connaissances en culture financière, à peine un tiers de la population mondiale est financièrement alphabétisée.

Sur les 143 pays du classement, le Danemark, la Norvège et la Suède se partagent la 1ère place avec 71% de leur population jugée avertie financièrement. Arrivent ensuite le Canada, l’Israël, l’Allemagne le Royaume-Uni et les Pays-Bas où plus de 65% des personnes ont réussi le test de connaissances financières proposé par Standard & Poor’s. Tout en bas du classement se trouve le Yémen : à peine 13% de la population dispose de connaissances financières.

En France, seuls 52% des personnes ont réussi le test, ce qui place notre pays en 23e position.

 20160711 alphabetisation financiere

L’importance de l’éducation financière

Comme nous l’avons vu dans notre post du 02/05/2013 l’éducation financière a un impact sur le comportement des épargnants et elle « est indispensable pour réussir dans les économies modernes » (post du 15/05/2013). « Un consommateur éduqué et confiant est capable de prendre des décisions raisonnées et éclairées, en tant qu’individu. Un tel consommateur contribue aussi directement et indirectement à la vie économique et à la compétitivité, apportant des bénéfices économiques aux autres consommateurs en termes de prix, ainsi qu’une multiplication des choix possibles et une augmentation de la qualité » (communiqué de presse de la Commission Européenne).

De ce point de vue la situation de la France est sans doute le résultat de son éducation financière. Championne de l’épargne elle est aussi l’une des plus mauvaises en matière d’éducation financière (cf. étude La Finance pour tous/AMF). Notre inculture développe sans doute une peur et un réflexe d’épargne sur des produits sans risque (immobilier, livret A et assurance vie sans risque au détriment des produits risqués) alors que dans les pays anglo-saxons, on n’a pas peur de s’endetter et on n’a pas peur de placer ses économies dans des produits plus risqués. Dans un contexte où les taux sont très faibles et donc plus propices à l’endettement qu’à l’épargne sans risque et où l’immobilier est au plus haut, il serait temps que les Français réagissent, s’endettent et investissent en actions. C’est sans doute trop tard pour les anciennes générations, mais gardons espoir dans les plus jeunes !

Pour conclure, le processus d’apprentissage de l’éducation financière du consommateur doit commencer le plus tôt possible car les enfants d’aujourd’hui sont les consommateurs de demain.

Aux Etats-Unis, Warren Buffet est déjà la vedette de Secret Millionnaires Club, un dessin animé dont l’objectif est d’expliquer la finance aux enfants de 10 ans !

Et terminons par le conseil donné aux enfants lors d’un épisode de la série évoquée : « Le meilleur investissement que vous ferez sera toujours un investissement dans vous-même!  »