Depuis 20 ans les réformes des retraites en France se succèdent pour tenter de maintenir le régime malgré le déséquilibre grandissant. Pour autant, les Français ne semblent pas rassurés et plébiscitent l’épargne retraite obligatoire par capitalisation. C’est ce que révèle le dernier baromètre Deloitte sur la préparation de la retraite.

Selon le quatrième baromètre Deloitte sur la préparation de la retraite, publié le 9 décembre dernier :

• 66% des actifs en France expriment une inquiétude, voire une forte inquiétude par rapport à leur retraite ;

• Même si 75% des actifs ont « une idée vague ou inexistante » du niveau de leur future pension, ils sont conscients de la baisse programmée des retraites : 61% des interrogés sont convaincus que la pension issue des régimes obligatoires ne suffira pas à pallier leurs besoins financiers.

• Les actifs estiment globalement qu’ils bénéficieront, une fois à la retraite, de 57% de leur revenu de fin de carrière alors qu’ils auraient besoin de 77% de ce revenu. Rappelons que selon l’Observatoire des Retraites Européennes Eres, les régimes de retraite publics par répartition étant soumis à une pression démographique et financière croissante, à terme le taux de remplacement ne dépassera pas 40% des salaires en moyenne dans tous les pays européens.

• 78% des actifs estiment qu’ils auront besoin de compléter leur retraite par des ressources supplémentaires. Pour maintenir leur niveau de vie à la retraite, les actifs misent en priorité sur l’épargne individuelle (39%), l’acquisition de la résidence principale ou secondaire (20%) et la poursuite d’une activité rémunérée pendant la retraite (13%).

Il faut souligner que les revenus des retraités en France sont encore très dépendants des régimes de retraite de base : 73 % de leurs revenus proviennent des transferts publics contre une moyenne dans les pays de l’OCDE de 59%. (source: Observatoire des Retraites Européennes Eres).

Mais il est aussi important de noter qu’en dix ans, l’épargne retraite des Français a augmenté de 43%. Aujourd’hui, selon notre Observatoire des Retraites Européennes, ce sont 700 milliards d’euros qui sont épargnés par les ménages pour compléter leur retraite, soit 22% de leur patrimoine financier (cf. post du 15/12/2014).

Comment améliorer la retraite des futures générations ?

Si une nouvelle réforme des retraites devait avoir lieu, une grande majorité de Français (60% selon le baromètre Deloitte) serait favorable à l’introduction d’une épargne obligatoire par capitalisation.

Chez Eres, nous sommes convaincus qu’une des solutions pour lutter contre la baisse inéluctable du taux de remplacement, c’est notamment la généralisation de la retraite par capitalisation (comme l’ont d’ailleurs fait les Britanniques en 2012 (cf. Retraite au Royaume-Uni : une nouvelle ère s’ouvre)) :

  • en rendant le PERCO obligatoire (introduction de l’adhésion par défaut) au sein de toutes les entreprises ou
  • en rendant obligatoire la mise en place d’un PERCO ou d’un régime de retraite collective à cotisations définies de type article 83 lorsqu’une entreprise a mis en place un PEE depuis trois ans ou encore un régime de retraite collective ciblé sur une catégorie de personnel.