Dans le cadre de son Observatoire de l’information financière, ATH (association technique de cabinets d’audit et de conseil) publie, pour la sixième année consécutive, son étude sur la rémunération de 400 dirigeants de sociétés cotées français hors CAC 40.

Ayant pour objectif d’apprécier l’évolution des rémunérations de ces dirigeants en 2013, l’étude fournit une clarification de la situation des sociétés cotées françaises hors CAC 40.

Selon l’étude, la moyenne des rémunérations totales (fixes, variables, exceptionnelles, avantages en nature et jetons de présence) des dirigeants du panel s’est élevée en 2013 à 526 K€, soit 6% de plus qu’en 2012 (495 K€).

Les rémunérations fixes et variables représentent 94% de la rémunération totale. En 2013, la moyenne de la rémunération fixe est restée plutôt stable par rapport à 2012  (308 K€ en 2013 contre 300 K€ en 2012 pour l’ensemble des dirigeants). En revanche, nous observons une progression de 7,5% de la rémunération variable des dirigeants (172 K€ en 2013 contre 160 K€ en 2012). A noter que 38% des dirigeants du panel n’ont pas perçu de rémunération variable en 2013 (39% en 2010).

Signalons que les autres types de rémunération (exceptionnelle, avantages en nature et jetons de présence) restent assez marginaux.

23% des dirigeants ont bénéficié d’actions et/ou d’options en 2013 contre 28% en 2012, soit une baisse de 5 points de pourcentage.


Le nombre de dirigeants bénéficiant de rémunérations différées est resté, lui aussi, stable depuis 2008. En 2013, 28% bénéficient d’une indemnité de départ; 26% bénéficient d’une retraite supplémentaire; 17% bénéficient d’une indemnité de non-concurrence.

Egalité hommes-femmes

Le panel compte 27 femmes parmi tous les dirigeants (401), soit près de 7%. En 2013, l’écart tend à se réduire avec les hommes au niveau de la rémunération globale (rémunérations totales + actions de performance et/ou stock-options). La rémunération globale des femmes représente les deux tiers des montants reçus par les hommes (67% en 2013 contre 48% en 2012).

A titre de comparaison, les dirigeants du CAC 40, ont bénéficié d’une rémunération totale de 90 M€, soit une moyenne de 2,25 M€ par dirigeant (étude Les Echos, mai 2014).

En ce qui concerne les rémunérations des dirigeants de PME, selon la dernière enquête annuelle de l’INSEE pour le compte de CGPME, ceux des PME de moins de 20 salariés ont touché près de 48.000 euros sur l’année et ceux d’entreprises de 20 à 50 salariés 78.000 euros.

Ces écarts très importants entre patrons du CAC40 et patrons des très petites entreprises devraient inciter tous les commentateurs à ne plus utiliser le terme « les patrons ». Il ne veut rien dire car il regroupe des réalités très différentes. Les patrons du CAC40 si souvent stigmatisés sont des exceptions totalement extraordinaires et cette étude a le mérite de nous rappeler que les rémunérations des patrons dans des entreprises cotées hors CAC40 sont beaucoup plus raisonnables.

Lire aussi :

Comment rémunérer les dirigeants dans des conditions acceptables ?

Rémunération des dirigeants : Le « Say on Pay » à travers le monde