Selon les premiers résultats de l’édition 2017 de l’étude sur l’actionnariat salarié, réalisée par Eres

Objectif de l’étude :

Comparer la situation de l’actionnariat salarié en France par rapport à l’Europe, analyser les opérations réalisées depuis 2006 dans les entreprises du SBF120 et donner les tendances à venir.

Premiers chiffres clés :

  • 29 entreprises du SBF120 (soit 24%) ont réalisé au moins une augmentation de capital réservée à leurs salariés ou une cession d’actions existantes aux salariés en 2016. Ceci représente une hausse (en nombre d’entreprises) de +16% par rapport à 2015.
  • Les entreprises du NEXT80 ont été plus nombreuses à avoir réalisé des opérations : 18% des entreprises de l’indice en 2016 contre 14% en 2015. Dans le CAC40, ce chiffre est lui aussi en hausse (38% des entreprises de l’indice ont réalisé une opération en 2016 contre 35% en 2015).
  • Le record historique sur les 10 dernières années est atteint avec un total de 32 opérations d’augmentation de capital réservées aux salariés ou de cession d’actions réalisées dans le SBF120 en 2016 contre 23 en 2006.

eres

L’analyse portant sur l’actionnariat salarié coté en France par rapport à l’Europe, l’étude complète des opérations collectives dans le SBF120 ainsi que les tendances de l’année, seront présentées en juin 2017.

Méthodologie :

L’étude est basée sur des données publiques (documents de référence, communiqués de presse) et des informations issues de la FEAS (Fédération Européenne de l’Actionnariat Salarié).

Elle ne porte que sur les opérations d’actionnariat salarié « collectives » (proposées à l’ensemble des salariés, au moins en France) et non pas aux opérations ciblées.

L’historique 2006-2016 correspond aux entreprises qui composent l’indice SBF120 en 2016.

Lire aussi :

Etude actionnariat salarié Eres : Médaille d’or pour la France en actionnariat salarié « démocratique »