Selon les derniers chiffres de la DREES, publiés en mai dernier, la pension de retraite moyenne brute, tous régimes confondus, s’établit à 1 334€ par mois en 2015. Comment a-t-elle évolué au cours des années?

Il ne faut pas confondre évolution de la pension moyenne et revalorisation des pensions. La pension moyenne évolue en effet en fonction de la revalorisation des pensions d’une part et en fonction du revenu moyen de l’ensemble des retraités d’autre part.

Depuis 2004, et conformément à la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites, les pensions de retraite sont revalorisées au 1er avril chaque année selon le taux d’évolution des prix à la consommation (hors tabac) prévu pour l’année en cours. Le taux est corrigé l’année suivante si l’inflation constatée n’est pas conforme à l’hypothèse. Précisons qu’en application de la réforme des retraites votée au mois de décembre 2013, depuis 2014, la revalorisation annuelle des pensions a lieu le 1er octobre et non plus le 1er avril.

Le montant des pensions, quant à lui, a augmenté à un rythme annuel moyen de 2,4% entre 2004 et 2015. Si la pension moyenne brute en 2015 s’élève à 1 334€ par mois, elle n’était que de 1 029€ en 2004, soit une augmentation de 30% en 11 ans.

eres

Comment expliquer le fait que la pension moyenne croît à un rythme plus élevé que l’inflation ?

Ce phénomène résulte essentiellement du renouvellement de la population de retraités, mécanisme appelé « effet de noria ». Il s’agit du remplacement de retraités âgés ayant une retraite faible par des retraités plus jeunes avec une retraite plus élevée. Ceci est notamment le cas pour les femmes qui partent en ce moment à la retraite dont les montants de retraite sont beaucoup plus élevés que ceux de leurs aînées.

Mais il faut rester prudent dans l’interprétation de ces évolutions. Les nouveaux retraités touchent certes des pensions plus élevées que celles des retraités décédés en cours d’année, mais il ne faut pas oublier qu’ils sont aussi plus nombreux.

Lire aussi :

L’épargne retraite des Français s’élève à 795,4 milliards d’euros en 2016, en hausse de 3,6% par rapport à 2015