Selon une étude mondiale de Legg Mason, les investisseurs de la génération Y (les « Millenials ») ont de grandes attentes de retour sur investissement, mais un appétit limité pour le risque.

Réalisée auprès de 1 267 investisseurs dans le monde (du 3 décembre 2015 au 8 janvier 2016), appartenant à la génération Y, celle des 18-39 ans, l’étude de Leg Mason révèle que ces jeunes actifs ou pré-actifs espèrent un retour sur investissement annuel de 11% en moyenne.

Les attentes des « Millennials » américains sont les plus élevées : ils espèrent un retour sur investissement de 14% par an, alors que celles des Européens sont beaucoup « plus modestes » (ROI de 8 % par an).

Mais cette étude révèle surtout une situation paradoxale car les « Millenials » ont de grandes attentes de retour sur investissement, mais un appétit limité pour le risque comme en témoigne leur allocation d’actifs. Ainsi, la part du monétaire est prédominante avec 24% contre 19% pour les actions, 17% pour les placements obligataires ou 18 % pour l’immobilier.

Et cette situation est encore plus effrayante quand on apprend que pour près d’un tiers des « Millenials » (32%) la préparation de la retraite est leur premier objectif d’investissement.

La dernière crise financière a totalement déstructuré l’échelle des risques et tous les jeunes investisseurs ne sont pas encore pleinement conscients de cette nouvelle réalité économique. Les fonds monétaires ne rapportent plus rien et ont même des performances négatives (cf. « Argus des FCPE » Eres). Les placements réputés sans risque (monétaire, assurance vie…) sont devenus des placements risqués sans taux (cf. « Taux sans risque = Risque sans taux »).

Lire aussi :

L’assurance vie en euros vit-elle ses dernières heures ?