Après la collecte nette positive de 1,3 milliard d’euros de septembre, l’assurance vie n’a collecté que 400 millions d’euros en octobre, soit trois fois moins (source : FFSA). Quant aux prestations versées par les sociétés d’assurance vie, en octobre dernier, elles s’élèvent à 9,8 Mds, soit le plus fort volume de l’année.

Et si nous nous intéressons aux évolutions de l’assurance vie sur un an, la vie n’est pas en rose…

Si nous regardons les évolutions de l’assurance vie sur un an (octobre 2013 versus octobre 2012), on constate que :

  • Les cotisations ont baissé de 4,7 % (10,2 Mds d’euros en octobre 2013 contre 10,7 Mds en octobre 2012) ;
  • Les prestations  (retraits, rachats) ont progressé de 600 millions d’euros d’une année sur l’autre, à 9,8 Mds d’euros et en octobre 2013 elles enregistrent leur pic de l’année ;

  • La collecte nette est en baisse sur un an de plus de 70%.

Plusieurs facteurs structurels expliquent la baisse de la collecte nette depuis quelques années. La hausse des rachats est en partie due au fait que les souscripteurs âgés utilisent leur assurance vie pour financer leur retraite. La désaffection vient aussi de la baisse des rendements des fonds en €uros comme on le voit sur ce graphique ci-dessous. On y voit que le rendement des contrats d’assurance vie est indexé sur les emprunts d’état et celui du livret A sur l’inflation. Tous deux ont subi l’érosion liée à la baisse des taux. Aujourd’hui le livret A rapporte moins que l’inflation et l’assurance vie en €uros aussi si on intègre le frottement fiscal. Si les taux remontent, ce qui arrivera forcément un jour, le scénario pourrait être très compliqué pour l’assurance vie comme on l’a vu dans notre post du 30 avril 2013.

La récente réforme de l’assurance vie qui a conduit à l’application du taux de 15,5% sur l’intégralité des plus-values soit une taxation rétroactive sur des plus-values anciennes devrait amplifier le phénomène. D’ailleurs, si le gouvernement n’a pas plus touché au régime dérogatoire de l’assurance vie c’est que les assureurs ont dû faire part de leur inquiétude légitime sur la collecte.

Quant à la création des nouveaux contrats, cela va dans le bons sens car elle favorise le financement de l’économie mais elle aurait pu faire beaucoup plus pour les épargnants en autorisant les transferts entre contrats, ce qui aurait enfin permis de faire jouer à plein la concurrence. (cf. « Réforme de l’assurance-vie : on a failli bénéficier d’un choc d’offre ! »)

Lire aussi :

Les fonds en €uros sont loin d’être le meilleur placement

Baisse du rendement du livret A et de l’assurance vie : mêmes effets aujourd’hui, mais pas demain