Selon l’étude de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (APCR) consacrée à la situation des principaux organismes d’assurance en 2013, le stock de plus-values latentes des assureurs vie a baissé de 3,5% par rapport à 2012 et s’établit à 78,6 milliards d’euros.

Le stock de plus-values latentes est fondamental car il est utilisé par les assureurs afin de doper les taux de rendement des fonds en euros. Publiée en août dernier, l’étude de l’APCR a analysé la situation des douze principaux assureurs vie, couvrant ainsi plus de 71 % du marché de l’assurance-vie ainsi que celle de 139 organismes non-vie, (représentant 79 % de l’activité non-vie).

Ainsi, selon l’étude, en 2013, le stock de plus-values latentes des assureurs vie a baissé de 3,5% par rapport à 2012 et s’établit à 78,6 milliards d’euros. L’APCR note que cette évolution résulte d’une importante réduction des plus-values latentes sur titres obligataires (-25,6% pour les placements obligataires souverains et -11,8% pour les placements obligataires non souverains), qui n’a été que partiellement compensée par l’augmentation des plus-values sur les autres compartiments du portefeuille de placements.

En 2010, le stock de plus-values latentes ne représentait que 1,6% des encours des fonds en euros. En 2013, la situation s’est améliorée (6,5%) mais est en baisse par rapport à 2012 (7%).

Les fonds en euros sont majoritairement constitués de portefeuilles obligataires dont le rendement baisse inexorablement depuis des années (cf. graphe ci-dessous). Si les plus-values latentes baissent trop, le réservoir de performance sera définitivement vidé. La tendance baissière amorcée depuis plusieurs années devrait donc se poursuivre.

Lire aussi :

Concours de beauté des assureurs, la publication des taux des fonds en euros devient désormais un boulet de plus en plus lourd à porter.

Fonds en €uros et promesses non tenues

Baisse du rendement du livret A et de l’assurance-vie : mêmes effets aujourd’hui, mais pas demain