Nous poursuivons la publication des résultats de l’édition 2015 de notre étude « Argus des FCPE ». Aujourd’hui nous vous proposons une analyse de la fréquence de gain des fonds d’épargne salariale. Ayant pour objectif de mesurer la capacité d’un fonds à préserver le capital, et donc sa fiabilité, la fréquence de gain est une des données clés qui permet au salarié épargnant de choisir le ou les fonds qui correspondent à son objectif. Est-elle au rendez-vous ?

La gestion de l’épargne des salariés impose une maîtrise du risque qui se traduit par la capacité à préserver le capital des salariés dans la durée. C’est pourquoi nous avons analysé la fréquence de gain de tous les FCPE du marché sur leur horizon de placement recommandé, mais aussi sur des périodes plus longues ou plus courtes.

En théorie, si l’épargnant respecte l’horizon de placement, c’est-à-dire qu’il laisse ses avoirs sur le fonds pendant la durée de placement recommandée, le risque de perdre une partie de son capital est limité.

Par exemple, un fonds dont l’horizon de placement est 5 ans, devrait avoir des performances positives sur quasiment toutes les périodes de 5 ans quelle que soit la date d’investissement.

Qu’en est-il réellement ?

La fréquence de gain qui augmente avec la durée de conservation, s’améliore en 2014 pour les fonds diversifiés et actions :

  • Sur 5 ans, les fonds diversifiés ont réussi à préserver le capital dans 80% des cas (contre 71% en 2013) et les fonds actions dans 62% des cas (contre 46% en 2013);
  • Sur 8 ans, les fonds actions ont été gagnants dans 86% des cas (contre 63% en 2013).

Il faut savoir qu’il existe des FCPE actions (dont les fonds Eres) qui ont réussi à préserver le capital de leurs clients sur 3, 5 ou 8 ans dans plus de 95% des cas.

Il est intéressant de constater par ailleurs que les fonds monétaires, jugés comme des placements sans risque, n’ont pas réussi à préserver à 100% le capital sur leur horizon de placement.

Au final, la durée d’investissement recommandée est une donnée intéressante mais la fréquence de gain sur la durée est une donnée essentielle. Ainsi, il serait préférable qu’elle soit indiquée sur le DICI (Document d’Information Clé pour l’Investisseur) afin que l’épargnant puisse avoir une meilleure vision du risque réel des fonds. En attendant que cette information trouve sa place sur les documents d’information, les gérants devraient la communiquer sur leurs documents commerciaux.

Méthodologie :

L’Argus des FCPE© est une base de données exclusive, créée par Eres en 2006 pour analyser les fonds d’épargne salariale en France.

L’objet de l’Argus des FCPE© est de donner une vision d’ensemble du marché de l’épargne salariale, de mieux comprendre les caractéristiques et les frais des FCPE et de mesurer leur performance et leur maîtrise de risque pour les comparer efficacement dans l’intérêt des salariés qui en bénéficient.

L’étude analyse plus de 650 FCPE multi-entreprises, totalisant 87% des encours du marché, gérés par 28 sociétés de gestion. Elle se concentre sur les FCPE dont les informations sont publiées sur les sites internet ou communiquées à Eres lors des appels d’offres réalisés pour le compte de ses clients.

Lire aussi :

« Argus des FCPE » Eres:

Le marché de l’épargne salariale est différent de celui de la gestion d’actifs classique en OPC

Les frais de gestion réels des FCPE baissent en 2014

Les encours ISR augmentent mais la part du monétaire est toujours surreprésentée en France, surtout en épargne salariale

Les indices de référence sont-ils utiles aux épargnants?

Pourquoi il faut privilégier les fonds de la gestion pilotée

Que valent les fonds garantis ?

La performance des FCPE monétaires est devenue nulle ou négative en 2015 pour 85% des fonds