Les fonds dits « sans risque » ne rapportent plus rien. Pire ils ont des rendements négatifs. Et en plus ils présentent des risques.

Le « taux sans risque » c’est le taux de rendement qui sert de référence aux SICAV monétaires pour les placements à très court terme.

Le taux « sans risque » rapporte aujourd’hui -0,36% sur 1 an. D’ailleurs en moyenne les fonds d’épargne salariale du marché ont « rapporté » -0,35% sur l’année 2017. 1000 euros investis début 2017 sur un fonds monétaire sont donc devenus 996,5 euros fin 2017.

En parallèle le prix de la baguette est passé en un an de 1,00 euro à 1,02 euros, soit 2% d’inflation généreusement arrondie par votre boulanger, il n’y a pas de petits profits. Là où vous pouviez acheter 1000 baguettes il y a un an avec vos 1000 euros, vous pouvez désormais en acheter 980 un an plus tard, ou encore une perte de 20 baguettes pour 1000 euros placés.

Ceci n’est pas une fiction mais la vraie vie. Le pire est peut-être à venir.

La grande crise financière due à l’excès d’endettement est toujours là. Les gérants de SICAV monétaire ont du augmenter leur risque pour limiter la baisse de leur rendement car l’Etat Français emprunte désormais à un taux négatif. Ils prêtent donc à l’Espagne, à l’Italie, au Portugal…bref à des pays où l’incertitude est importante. Or deux scénarii sont possibles pour sortir de cette crise :

  • L’inflation du prix des actifs : La valeur de votre épargne en SICAV monétaire reste stable mais ne permet plus d’acheter que 980 baguettes, puis 950, puis 900… ?
  • Le défaut total ou partiel : Les gouvernements ne peuvent pas rembourser, toutes les sicav monétaires perdent, la valeur de votre épargne baisse.

Drôle de résultat pour un placement réputé sans risque.

Oui mais voilà, cette crise financière a totalement déstructuré l’échelle des risques. Les placements sans risque (monétaire, assurance vie…) deviennent des placements risqués sans taux. Risqués car, avec les SICAV monétaires, vous êtes indirectement créanciers d’entreprises/d’Etats trop endettés. Sans taux, parce que les obligations n’offrent plus de rendement, comme si le risque avait disparu, noyé sous l’océan de liquidités des banques centrales.

Le risque a définitivement changé de main. Il devient nécessaire de diversifier progressivement vos placements en y incluant des actifs réels comme les actions. Des fonds permettant d’investir de 2 ans à plus de 8 ans proposés dans votre PEE et votre PERCO incluent une part plus ou moins importante d’actions pour vous permettre de le faire en maîtrisant votre risque. La meilleure solution dans les plans d’épargne retraite est la gestion pilotée qui permet de réduire le risque en privilégiant les placements risqués quand on est loin de la retraite et en basculant sur des placements moins risqués à l’approche de la retraite.