Témoignage de Laure Delahousse, Directrice des gestions d’actifs et de l’épargne retraite au sein de l’Association Française de Gestion financière (AFG), extrait du livre « Dix ans, dix regards » (avril 2012).

« Préparer sa retraite prend du temps, plus on épargne tôt, plus l’effort d’épargne est lissé et moins il est difficile. Il est donc nécessaire d’encourager le développement plus rapide de ces dispositifs au niveau des entreprises et d’inciter les salariés à y adhérer.

Certaines “bonnes pratiques” ont démontré leur intérêt dans d’autres pays et pourraient être reprises en France comme le principe de “l’adhésion automatique des salariés” (cf. Retraite au Royaume-Uni : une nouvelle ère s’ouvre). Aux Etats-Unis, pour augmenter la part des salariés qui bénéficient de l’aide de l’entreprise, les plans 401K (plans d’épargne & retraite entreprises à cotisations définies) prévoient que chaque salarié y verse automatiquement chaque mois un pourcentage prédéfini de son salaire, complété de l’abondement de l’entreprise, sauf s’il refuse ce principe. Il est libre de refuser mais, par défaut, il y adhère. Ce système permettrait d’avoir en France un taux de couverture des salariés plus élevé, plus rapidement. La loi de 2010 qui prévoit le versement automatique de 50% de la participation sur un PERCO commence à s’en approcher. »

Notre commentaire : Dans une logique de réduire ses dépenses de sécurité sociale et le coût du régime de retraite par répartition et pour lutter contre le vieillissement de la population, notre gouvernement a tout à fait l’intérêt d’adopter la solution d’auto-enrolment (adhésion par défaut).

Lire aussi :

Observatoire des Retraites Européennes DEBORY ERES : L’Allemagne suivra-t-elle l’exemple du Royaume- Uni ?

Les PERCO américains « 401K » expérimentent l’affichage des frais