Intervenant à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) à Paris, Guy Michel Harabagiu, associé fondateur de H CONSEIL PATRIMOINE FINANCE, Cabinet de conseil en entreprise, ingénierie sociale et fiscale, a fait réfléchir ses élèves de Master 1 sur la réforme des retraites. Et ils voient loin et juste !

Paris, 26 juin 2013, 15h45: Nous sommes à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) en salle d’examen. Les élèves (en Master 1) de Monsieur Guy Michel Harabagiu, associé fondateur de H CONSEIL PATRIMOINE FINANCE, ont 1 heure pour donner leurs propositions afin de pérenniser notre système de retraite actuel.

Et les idées ne manquent pas comme vous pourrez le constater ci-après :

EVOLUTION DUREE DE COTISATION – AGE DE DEPART A LA RETRAITE

  • variation de la durée de cotisation et de l’âge de départ à la retraite en fonction de l’évolution de l’espérance de vie

EPARGNE SALARIALE

  • augmentation du % d’abondement possible sur le PERCO à 350% voir 400%
  • augmentation du plafond en Euro de 10% du PASS pour le PEE et 20% du PASS pour le PERCO.
  • 50% de l’intéressement et/ou de la participation  versé sur le PERCO
  • supprimer le forfait social à 20% ou le moduler inversement proportionnel au montant soumis à ce forfait 
    exemple :

    → 20% pour les montants inférieurs à 100 €,

    15% pour les montants inférieurs à 500€,

    10% pour les montants inférieurs à 1000€,

    5% pour les montants inférieurs à 2000€,

    pas de forfait social pour les montants supérieurs à 2000 €.
  • création de fonds millésimés (échéance connue comme les tontines).
  • rendre obligatoire un compte épargne temps dans les entreprises afin de monétiser sur le PERCO les RT et/ou congés payés non utilisés.

PERP

  • augmentation de la déduction fiscale de 10% à 20%

ANI RETRAITE comme pour ANI SANTE

  • accord de branche (éventuellement) pour la mise en place d’une épargne retraite par capitalisation au sein des entreprises
  • crédit d’impôt de 30% du montant versé par les entreprises (art 83 ou abondement PERCO)

ALTERNANCE couplée à la préparation du départ à la RETRAITE

  • rendre obligatoire pour une grande partie des cursus universitaire, l’alternance ==> augmentation de la durée du cursus mais également le début de la cotisation aux caisses de retraite + validation de trimestres
  • couplage avec un accompagnement des personnels en partance à la retraite dans les 24/36 mois précédents ce départ. pour ces personnels 4 jours de travail + 1 jour en encadrement de l’étudiant en alternance.

REGIMES SPECIAUX

  • disparition progressive des régimes spéciaux avec les nouveaux entrants qui intègrent le régime général.
  • fusion des caisses des régimes spéciaux par souci d’économie de gestion.

SYSTEME PAR POINTS – PRESTATIONS SOUMISES A COTISATIONS

  • bonus / malus en fonction d’un métier – tenant ainsi compte de la pénibilité
  • ex : dans la métallurgie : secrétaire n’aura pas un même nombre de points qu’un chaudronnier à revenus identiques
  • soumettre les prestations chômages et tous les contrats de travail, de stages, d’apprentissage aux cotisations retraite, en contre partie de validation de trimestres
  • pour toute augmentation future des cotisations, faire un partage 50/50 entre le régime par répartition et la capitalisation.

COTISATIONS MADELIN

  • non soumises à charges sociales dans certaines limites

ABATTEMENT FRAIS PROFESSIONNELS

  • pour les retraités disparition de cet abattement de 10%

CSG

  • alignement CSG des pensions de retraite sur celle des actifs

Il est intéressant de noter que contrairement aux décisions annoncées par le gouvernement (qui ne relèvent pas d’une réforme de fond mais d’un ajustement temporaire … jusqu’au prochain), les réflexions des étudiants s’organisent autour d’une vraie réforme durable. Leurs idées permettent de sauvegarder le régime par répartition tout en développant les retraites par capitalisation (importance accordée aux régimes collectifs, renouveau du PERP…).

In fine, sensibiliser les étudiants aux sujets touchant à notre société en leur donnant la grande responsabilité de sauver le soldat « retraite par répartition », c’est une approche d’enseignement très intéressante dépassant largement le cadre académique. Et je remercie infiniment Guy Michel Harabagiu (qui fait d’ailleurs partie de nos partenaires précieux) de nous avoir fait part des travaux de ses élèves.

Et si les jeunes, qui au début du cours étaient convaincus que pour leur retraite le régime par répartition ne serait plus du tout la seule solution, étaient conscients de la nécessité d’une réforme en profondeur et les mieux placés pour définir le cadre d’une vraie réforme?