Chaque année l’équipe d’Eres fait la synthèse de ses impressions au retour de Patrimonia. Le mot qui caractérise le mieux l’édition 2019 est pour nous REVOLUTION.

Le mois de septembre avait démarré par une première onde de choc : après un été au cours duquel l’OAT 10 ans était restée en territoire négatif, le vice-président de l’ACPR, Bernard Delas proposait aux assureurs de « renoncer aux produits en euros offrant à la fois la protection du capital et une liquidité permanente. » Moins de quinze jours plus tard plusieurs assureurs répondaient à son appel et annonçaient la limitation d’accès à leurs fonds en euros. Et tout ça à la veille de Patrimonia. On s’attendait donc à une ambiance de fin du monde. Ce fut tout le contraire.

Jeudi 26 septembre, 9 heures, ouverture de la convention. Stand H32.

Toute l’équipe Eres est sur le pont. J-5 avant l’entrée en vigueur de la Loi Pacte. Les premiers partenaires arrivent sur le stand. Et l’on comprend de suite que ce Patrimonia 2019 sera un grand cru. Les questions fusent, les discussions s’engagent à bâtons rompus.

Extraits :

  • « les primes versées en 2019 sur un nouveau Plan d’épargne retraite PER échappent vraiment à l’amendement 467 ? »
  • « le Plan d’épargne retraite individuel  (PERIN) des enfants, comment ça marche ? ça va me permettre de rajeunir ma clientèle et me faire connaître auprès de la génération suivante ! »
  • « si je transfère des sommes d’un contrat d’assurance vie vers un PER, mon client a vraiment droit à l’avantage fiscal à l’entrée ? »
  • « tu me dis que ma cotisation Madelin payée par mon entreprise me permet de déclencher l’abondement ? »

Et parfois, un dialogue entre partenaires :

  • « Je suis convaincu, le PER, c’est un super outil de constitution de revenus futurs, mais à 69 ans, je vais conseiller à mes clients de racheter leurs contrats pour basculer en assurance vie.
    – Tu es sûr ? est ce qu’il vaut mieux transmettre sans droits de succession une somme amputée de 30% d’impôt sur le revenu, ou bien payer 20% de droits de succession exonérée d’impôt sur le revenu ? »
  • « Cette histoire de 83 qui sort en capital, comment ça fonctionne ? »

Beaucoup d’excitation, d’envie de comprendre ce nouveau PER, et parfois des réactions surprenantes qui nous rappellent que la date très tardive de publication des ordonnance, décret et arrêté n’a pas permis de bien mesurer les avancées prodigieuses contenues dans la loi Pacte :

  • « la sortie en capital, c’est bien, mais fiscalement parlant, il faut conseiller de sortir en rente »

La liberté de choix entre capital et rente semble tellement choquante que certains partenaires en viennent à regretter l’obligation de sortie en rente des anciens produits ! Ce sont probablement les mêmes qui, un an plus tôt se refusait à promouvoir le PERP car « la rente c’est vraiment problématique ! »

Jeudi 26 septembre, 14 heures, salle Saint Clair. Atelier sur la Loi Pacte, salle comble : 200 personnes dans la salle 50 dehors qui malheureusement n’ont pas pu rentrer.

Nous présentons les stratégies à forte valeur ajoutée sur le nouveau PER. Des échanges passionnés et passionnants avec des conseillers en gestion de patrimoine, courtiers, experts-comptables qui voient s’ouvrir devant eux un boulevard de conseil pour la distribution à valeur ajoutée.

Vendredi 27 septembre : plénière de clôture, consacrée à la Loi Pacte.

Lionel Corre (Direction Générale du Trésor), Xavier Collot  (Amundi) et Jérôme Dedeyan (Eres) dessinent les contours de la révolution qui se présente à la profession : conseil à chaque étape significative de la vie du contrat, gestion pilotée innovante, ingénierie de la décumulation. De nombreuses questions de l’assistance sur la fiscalité (complexe) à la sortie, mais un enthousiasme communicatif et des réactions à la sortie de l’auditorium qui laissent présager un beau succès pour le nouveau Plan d’épargne retraite : « Avec cette fiscalité très complexe à la liquidation, les clients vont vraiment avoir besoin de nos conseils, c’est une super occasion de faire la différence avec les banques ! »

Bilan de ce Patrimonia 2019

Les professionnels de la gestion de patrimoine ont identifié le potentiel énorme de la loi Pacte pour booster leur développement et augmenter leur part de marché. Il est probable que l’on mesure encore mal l’étendue de la révolution qui arrive. Mais tentons un dernier pari : la capacité des gestionnaires de patrimoine, courtiers et experts- comptables à déployer un conseil à forte valeur ajoutée, à articuler les solutions anciennes et nouvelles, collectives et individuelles, assurantielles et bancaires fera de la profession l’autre grand gagnant de la révolution Pacte. Car n’oublions que le premier gagnant, ce sera évidemment l’épargnant.

Une dernière pensée pour remercier Infopro Digital, l’organisateur de Patrimonia. Chaque année, on retrouve ce « je ne sais quoi de familial et amical » qui en fait un rendez-vous unique pour notre métier. Et enfin, un grand merci à tous nos partenaires pour leur confiance renouvelée et rendez-vous l’année prochaine !