La saga de l’actionnariat salarié. Episode 6 : Le travail commence une fois que les salariés sont devenus actionnaires

Nous l’avons déjà signalé : une fois que le salarié est actionnaire, il est totalement actionnaire et totalement salarié. Et il faut le gérer dans ce qu’on espère être un enrichissement d’une personnalité unique et pas une amorce de schizophrénie. Toutes nos expériences convergent vers la nécessité de faire des choix clairs et conscients dans la façon de gérer la communauté des actionnaires salariés, par strates, et de s’y tenir.

Chaque société étudiée a ses propres réponses en termes de gouvernance des relations avec les actionnaires salariés, mais les grandes options qui se dessinent de nos nombreuses expériences sont les suivantes :

1) Veut-on traiter les actionnaires salariés comme les autres actionnaires individuels, avec les mêmes moyens et le même niveau d’information, ou bien souhaite-t-on concevoir et mettre en œuvre des modalités de relation et de gestion spécifiques aux actionnaires salariés, gérés par l’entreprise elle-même ou sous-traités à une association d’actionnaires salariés en lien étroit avec l’entreprise ?

2) Souhaite-t-on avoir recours à des représentants des actionnaires salariés différents dispositif par dispositif, donnant lieu à une multiplicité des individus représentant les actionnaires salariés, ou bien souhaite-t-on organiser une représentation homogène donnant lieu à la désignation des mêmes individus ?

3) Cette désignation est-elle organisée via les Instances Représentatives du Personnel, ou bien au travers de processus larges d’élections organisées en interne ou via une association ? Ces questions-et le mode de relation et les moyens associés- sont bien entendu à ajuster aux enjeux et à la taille de la population. Ils sont aussi l’objet de contraintes d’ordre réglementaire ou para-réglementaires, comme la recommandation de l’Autorité des Marchés Financiers de ne pas organiser la représentation des salariés dans les Conseil de Surveillance des FCPE au travers des représentants du personnel.

Le point-clé est ici de rappeler que le travail commence une fois les salariés actionnaires, si l’on veut que l’actionnariat salarié ne se résume pas à un simple flux financier d’association à la performance (à la hausse ou à la baisse), mais soit également un vecteur d’association pleine des salariés actionnaires à la marche de l’entreprise et à la compréhension de ses enjeux et de sa performance dans son environnement macro-économique et de concurrence

Posts précédents :

Prequel : Maître/esclave ou employeur/salarié ? La vérité sur l’actionnariat salarié.

Episode 1 : Un actionnaire salarié est 100% actionnaire… et 100% salarié !

Episode 2 : Partir de ses objectifs et non pas de la boîte à outils : une question de bon sens

Episode 3 : De la bonne utilisation de la boîte à outils

Episode 4 : Communication, risque et liquidité

Episode 5 : Un art d’exécution