Si vous avez de la chance, vous allez bientôt toucher votre prime de participation et/ou d’intéressement. Elles ne sont soumises ni aux charges sociales, ni à l’impôt sur le revenu et sont donc beaucoup plus avantageuses que du salaire.

Prenons l’exemple d’une prime de 1 500 euros (nets de CSG CRDS). Cette prime équivaut à un salaire brut de 1 846 à 3 308 euros selon votre taux de charges salariales et votre taux marginal d’impôt sur le revenu. Ainsi si vous êtes soumis au taux marginal de 45% et que le taux de charges salariales dans votre entreprise (écart entre le brut et le net sur votre feuille de paie) est de 25%, alors votre prime de 1 500 euros de participation équivaut à une prime sous forme de salaire de 3 308 euros. Pour reconstituer votre rémunération totale, pensez à faire ce calcul pour vos primes d’épargne salariale, vous vaudrez plus cher!

Il n’y a donc pas de question à se poser pour ceux qui n’ont pas besoin de cet argent pour leurs dépenses courantes : investissez votre prime de participation/intéressement dans un PEE ou un PERCO. En plus, dans certaines entreprises, vous toucherez un abondement qui se rajoute à votre versement.

Pour ceux qui auraient besoin de cet argent, il existe des prêts adossés à l’épargne salariale. Le principe est simple : si vous avez de l’épargne bloquée dans votre plan, vous pouvez demander un prêt in fine à taux fixe, qui sera remboursé le jour où les sommes deviendront disponibles. Le prêt MySelf développé par Eole Finance en est un exemple.

Lire aussi :

Campagne d’intéressement et de participation : rien ne va plus, faites vos choix !