Hamdi Ulukaya, fondateur et PDG des produits laitiers frais Chobani, a annoncé en avril dernier qu’il donnerait 10% du capital de sa société (évaluée entre 3 et 5 milliards de dollars) à ses 2 000 employés.

Le nombre d’actions distribuées dépendra de l’ancienneté des salariés. Ainsi, la part des employés pourrait aller de 150 000 dollars à 1 million de dollars pour les plus anciens, relève le New York Times (cf. At Chobani, Now It’s Not Just the Yogurt That’s Rich).

« A partir d’aujourd’hui, je vais avoir 2000 nouveaux associés à Chobani. C’est l’un des meilleurs moments de ma vie », écrit sur son compte Twitter M. Ulukaya, qui a fondé Chobani à New Berlin, dans l’Etat de New York, et commencé à commercialiser ses premiers yaourts en octobre 2007.

Twitter

L’initiative d’Hamdi Ulukaya fait suite à celle de Dan Price, un jeune dirigeant de start-up, qui avait divisé il y a un an sa rémunération par 14 pour porter à 70.000 dollars le salaire minimum annuel au sein de son entreprise, Gravity Payments. Plus récemment, le dirigeant de LinkedIn a annoncé qu’il renonçait à ses 14 millions de dollars de bonus annuels pour les reverser à ses 9 200 salariés.

Le partage du profit est une réalité dans certaines entreprises.

Lire aussi :

Actionnariat salarié et chocolat

Actionnariat salarié en Allemagne : Grünbeck, une entreprise pas comme les autres

Huawei : Quand la Chine donne l’exemple en matière de partage du profit