Le 7 juin 2017, un communiqué de presse du ministre de l’Action et des Comptes Publics, Gerald Darmanin, annonçait le report d’un an de la mise en place du prélèvement à la source.
Cette annonce suivie de nombreux relais presse et de la FFA conduit les épargnants à s’interroger sur la meilleure stratégie concernant leur épargne retraite.

Est-ce fait ?
L’Assemblée nationale a donné jeudi 13 juillet son feu vert au report d’un an du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, à 2019.
Ce report, voté à main levée, est inscrit dans le projet de loi habilitant le gouvernement à légiférer par ordonnances sur des « mesures pour le renforcement du dialogue social ».
La première étape du report du prélèvement à la source est donc achevée, sa traduction législative sera définitive à l’issue des navettes parlementaires pendant l’été.

Que-faire ?
Lorsque le report du prélèvement à la source sera acté alors il y aura deux conséquences :

  • Les cotisations Retraite 2017 conserveront leur effet fiscal
  • Les cotisations Retraite 2018 seront sans impact fiscal

Les associations d’épargnants, assureurs et associations professionnelles militent pour que le report du prélèvement à la source s’accompagne d’un maintien de l’avantage fiscal des cotisations épargne retraite en 2018, pour autant il convient de réfléchir à l’optimisation des plafonds en cas de maintien des textes actuels.

La consommation des plafonds épargne retraite telle que détaillée dans le post – Plafond Epargne Retraite : comment ne pas le perdre ?– conduit à adopter la stratégie suivante.

Dans la mesure où :

  • les deux plafonds les plus anciens ne seront pas reportables en 2019,
  • un versement 2018 serait inefficient,

il convient de consommer dès 2017 ces deux plafonds.

Pour ce faire un épargnant devra verser la somme des trois plafonds suivants tels qu’indiqués dans son avis d’imposition 2017 sur les revenus de 2016 :

  • Plafond calculé sur les revenus de 2016
  • Plafond non utilisé pour les revenus de 2014
  • Plafond non utilisé pour les revenus de 2015

Exemple
Prenons le cas de M. X qui a reçu son AVIS D’IMPOTS 2017 sur les revenus 2016 ci-dessous

Le même raisonnement est à appliquer pour le plafond du 2e membre du foyer fiscal en cas de mutualisation.

eres

Pour ne pas perdre les deux plafonds les plus anciens, M. X devra verser sur son PERP 26 400€.
= Plafond calculé sur les revenus de 2016 + Plafond non utilisé pour les revenus de 2014 + Plafond non utilisé pour les revenus de 2015
= 10 200 + 7 900 + 8 300

Lire aussi :

Epargne retraite et prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu : dire la vérité à nos clients pour une année blanche sans nuits blanches