Malgré la mobilisation des associations d’épargnants, des associations professionnelles et de la FFA, Bercy n’a pour le moment pas souhaité ajouter une mesure d’accompagnement pour maintenir l’avantage fiscal lié aux versements sur un contrat d’épargne retraite.

Conséquence : en l’état actuel  des discussions, les versements PERP, Madelin, Prefon, article 83 effectués en 2017 ne bénéficieront d’aucun avantage fiscal.

Les discussions se poursuivent et sont remontées à Matignon, et bien entendu, l’année 2017 étant une année d’élection, un changement de majorité pourrait remettre en cause le prélèvement à la source (François Fillon par exemple a annoncé qu’il reviendrait sur cette réforme. Etant le père de la réforme des retraites 2003 qui crée le PERP, il aura sans doute à cœur de maintenir une incitation fiscale pour soutenir la retraite par capitalisation).

En l’état on peut donc conseiller aux épargnants :

1/ de suspendre pour le moment leurs versements en 2017,

2/ de verser sur leur livret A (ou le fonds en € de leur contrat d’assurance vie de plus de 8 ans) le montant qu’ils prévoyaient de consacrer à leur épargne retraite en 2017.

Ces sommes pourront être retirées et alimenteront les  contrats d’épargne retraite :

dès 2017, si les discussions entre les associations d’épargnants, les professionnels et le cabinet du Premier Ministre aboutissent à une conclusion heureuse ou si le résultat des législatives de juin 2017 conduit à un abandon du prélèvement à la source ou au maintien de l’avantage fiscal des versements Retraite de 2017;

ou en 2018si le prélèvement à la source est maintenu en l’état. Les épargnants pourront « rattraper » en 2018 les cotisations non versées en 2017 en doublant leur effort d’épargne de 2018. Ce double versement 2018 bénéficiera bien de la déductibilité fiscale grâce au report des plafonds non utilisés.

Eres ne manquera pas de vous informer dans le courant de l’année de l’avancement des discussions.