Un bel exemple du décalage entre les grandes entreprises et les PME.

Citation de Christophe de Margerie dans une interview au Parisien : « Chez Total, nous avons distribué l’an dernier 5 Mds€ à nos actionnaires et versé près de 7 Mds€ à nos salariés, dont près de la moitié aux salariés français. Si le dividende est resté stable ces dernières années, nous avons augmenté les salaires. En 2012, la masse salariale va augmenter de 3,4% et la prime versée aux salariés sera de 1200 €. C’est 40% de plus que dans les grandes entreprises françaises. Chez Total, les salariés, qui seront tous actionnaires à partir de cette année, passent devant les dividendes et les résultats. En ce sens, nous ne sommes pas des capitalistes purs et durs. »

Réjouissons-nous des résultats de TOTAL qui gagne de l’argent, c’est une bonne chose ! Mais notons quand même que la répartition de la valeur ajoutée est très éloignée de la situation moyenne des entreprises françaises. Comme nous l’avons évoqué dans un post la semaine dernière reprenant les calculs de l’ATH, les salariés touchent en moyenne plus de 8 fois ce qui est versé aux actionnaires dans les PME françaises. Chez TOTAL, en ajoutant 40% de charges salariales sur les 7Mds€ évoqués par M. de Margerie, on arrive à 10Mds€ pour les salariés soit 2 fois seulement ce qui a été versé aux actionnaires.

Un bel exemple du décalage entre les grandes entreprises et les PME. Sur le même thème, vous pouvez aussi consulter le post sur l’étude INSEE sur le partage du profit ou le post sur l’étude ATH.