Eres gestion : commentaire de gestion avril 2018

Les marchés actions ont poursuivi leur repli sur le mois de mars, sur fond de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Le CAC 40 cède 2.88%, le S&P 500 recule de 2.58% et le Nikkei perd 2.78%. Dans le sillage des actions, les obligations d’entreprises cèdent également du terrain, les investisseurs trouvant une nouvelle fois refuge sur les emprunts d’Etats.

La baisse des marchés actions est la conséquence directe des annonces protectionnistes de D.Trump. En effet, le Président américain a mis le feu aux poudres en annonçant son intention de taxer assez lourdement les importations d’acier (25%) et d’aluminium (10%), ciblant particulièrement la Chine. D’autres mesures sont à l’étude en particulier pour préserver le secteur des hautes technologies, pilier important de l’économie américaine. Une réaction des autorités chinoises est à attendre dans cette nouvelle guerre commerciale.

Les indicateurs économiques sont de leur côté bien orientés : accélération de la croissance, poursuite de la baisse du chômage, inflation contenue. La reprise reste synchrone sur l’ensemble des grandes zones géographiques (USA, Europe, Asie).

Les résultats des entreprises pour le 1er trimestre, attendus en hausse, ainsi que les perspectives pour l’année devraient guider les marchés au cours des prochaines semaines. Gare cependant aux déceptions, ces derniers temps les investisseurs ont eu tendance à sanctionner assez lourdement les mauvaises nouvelles.

Au cours du mois, la Réserve Fédérale américaine a poursuivi comme attendu la normalisation de sa politique monétaire, en procédant à une hausse de ses taux directeurs d’un quart de point.

Sur le marché des changes, l’euro est en légère progression face au dollar (+0.89%).

Enfin, le pétrole progresse de près de 7% sur le mois, à 70 dollars le baril.

En conclusion, les marchés financiers sont hésitants alors même que la conjoncture économique mondiale reste globalement bonne. Certains gérants actifs ont commencé à réduire leur exposition aux marchés d’actions et de taux.