Nous commençons la publication des résultats de l’édition 2017 de notre étude « Argus des FCPE».

L’Argus des FCPE©, base de données exclusive, créée par Eres en 2006 pour analyser les fonds d’épargne salariale en France, fête cette année son 10e anniversaire. Et cette année, pour la première fois, l’étude intègre une analyse sur les FCPE solidaires.

Objectifs de l’étude :

  • donner une vision d’ensemble du marché de l’épargne salariale ;
  • mieux comprendre les caractéristiques et les frais des FCPE ;
  • mesurer leur performance et leur maîtrise de risque pour les comparer efficacement dans l’intérêt des salariés qui en bénéficient.

Dans les prochains jours, nous vous présenterons les principales conclusions auxquelles nous sommes arrivés.

Aujourd’hui : zoom sur les FCPE solidaires

L’investissement solidaire : à ne pas confondre avec l’investissement socialement responsable (ISR)

Certains font parfois la confusion entre investissement solidaire et investissement socialement responsable (ISR), notamment en épargne salariale où les fonds solidaires sont obligatoires et où certains gérants font la promotion active de l’ISR.

L’épargne solidaire consiste à financer l’économie solidaire : des associations, sociétés coopératives, entreprises non cotées, ayant pour objectif principal la recherche d’une utilité sociale, par exemple l’insertion par l’emploi, le logement social, ou le micro-crédit, … La charge induite par l’objectif d’utilité sociale doit représenter plus de 66% des charges d’exploitation. Pour être classée solidaire, il y a par ailleurs une exigence sur la rémunération maximale (primes comprises) des dirigeants qui doit être <10 fois le SMIC.

Il ne faut donc pas confondre le solidaire avec l’ISR qui investit dans les entreprises cotées selon des critères financiers mais aussi extra financiers dits critères « ESG » : critères environnementaux sociaux et de gouvernance d’entreprise. (cf  Ne confondons pas investissement socialement responsable (ISR) et solidaire)

Les chiffres : l’épargne salariale est le premier vecteur de financement de l’économie sociale et solidaire

Selon l’Argus des FCPE© :

  • Les encours des FCPE solidaires s’élèvent à 6,2Mds€, au 31/12/2016, soit 8,4% des encours des FCPE (hors actionnariat).
  • Ils ont progressé de près de 30% en moyenne par an depuis 2011 surtout grâce à l’obligation d’étendre aux PEI/PEE la présence d’au moins un fonds solidaire, depuis le 1er janvier 2010 (LME – Loi de Modernisation de l’Economie du 4 août 2008).
  • L’épargne salariale solidaire reste le principal moteur du financement des entreprises solidaires. Ainsi, elle représente 62% de l’encours total de l’épargne solidaire.
  • En 2016, la part moyenne de l’investissement solidaire des FCPE solidaires s’élève à 6,5%, ce qui représente 400 millions d’euros réellement investis en solidaire via l’épargne salariale (les fonds doivent respecter un ratio d’investissement de 5 à 10% en titres solidaires).

argus des fcpe eres

L’accès à l’information est perfectible :

Rappel méthodologique : Nous nous sommes mis à la place d’un salarié épargnant qui voudrait investir dans un fonds solidaire. Nous avons donc analysé les informations publiques et facilement accessibles à la disposition des salariés : sites internet, reporting des fonds, rapports annuels, prospectus, fiches fonds.

  • 97% des fonds fournissent un reporting mais qui comprend peu d’information sur l’investissement solidaire
  • 51% des sociétés de gestion publient un rapport annuel qui présente l’inventaire des lignes du solidaire et leur part dans l’actif net du fonds. Mais il est peu lisible pour un salarié épargnant.

L’investissement solidaire est effectué un peu en direct, et majoritairement via des fonds spécialisés et des financeurs (principalement la SIFA Sicav France Active et Habitat et Humanisme) qui concentrent les flux et intermédient leur affectation vers les projets, associations et entreprises solidaires. Pour 63% via l’achat d’actions des entreprises solidaires et pour 37% en dette via des billets à ordre à taux d’intérêt réduit. Cette chaîne de financement est nécessaire pour garantir l’affectation finale des flux au plus près du terrain et la liquidité. Ce modèle est unique mais beaucoup d’autres pays s’intéressent à ce qui se passe en France.

Synthèse :

  • L’épargne salariale est indispensable pour le financement de l’économie solidaire.
  • La chaîne de financement est complexe et la contrainte de liquidité limite les montants réellement affectés à l’économie sociale et solidaire.
  • Une meilleure communication de l’affectation finale des flux dans l’information restituée aux épargnants permettrait de mieux développer et expliquer l’épargne salariale solidaire.

Échantillon et méthodologie de l’étude :

  • Les FCPE sont les Fonds Communs de Placement d’Entreprise, présents dans les plans d’épargne salariale – PEE (Plan d’Epargne d’Entreprise) et PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collectif) – qui équipent 10,2 millions de salariés français au 31/12/2016.
  • L’Argus des FCPE© analyse plus de 600 FCPE multi-entreprises, totalisant 82% des encours du marché, gérés par 26 sociétés de gestion.
  • L’étude se concentre sur les FCPE dont les informations sont publiées sur les sites internet ou communiquées à Eres lors des appels d’offres réalisés pour le compte de ses clients. Elle est aussi basée sur des données issues de l’AFG, Finansol ou encore Morningstar.
  • L’échantillon solidaire analyse 61 fonds solidaires sur 95 (recensement de l’AFG au 31/12/16), gérés par 19 sociétés de gestion, Ces 61 fonds représentent 68% des encours solidaires d’épargne salariale

Lire aussi :

Revoir le Webinaire Eres : Comment mieux gérer vos dispositifs d’épargne salariale

Argus des FCPE Eres :