Cette année encore Eres était membre du jury de ce 13e Grand Prix qui distingue les entreprises de toutes tailles ayant une pratique remarquable de l’actionnariat salarié.

Bilan de ce millésime 2017 : un nombre de dossiers et une qualité des candidatures en hausse, 6 lauréats exceptionnels, de bonnes tables rondes et des annonces de Bruno Lemaire que, chez Eres, nous achetons sans états d’âme !

Les 6 lauréats :

GRAND PRIX FAS 2017 : ESSILOR, une politique constante, cohérente et ambitieuse, appliquée à tous, et une remarquable gouvernance prenant en compte l’actionnariat salarié

Prix CAC ALL Tradable : THALES, qui a simplifié ses offres pour les rendre plus lisibles et pour la qualité de l’extension internationale de son schéma

Prix de l’indice Euronext FAS IAS® : STEF, un engagement massif et ancien, et une extension à l’international qu’aucun obstacle n’arrête et sa volonté de démocratiser l’actionnariat salarié à l’international que rien n’arrête

Prix des ETI, PME, start-up : THERMADOR, pour la qualité de sa pédagogie, la continuité et la maturité de son actionnariat salarié

Prix des sociétés non cotées : MOUSSET, pour son engagement dans l’humain et sa stratégie volontariste d’associer le plus grand nombre au partage de la valeur : MOUSSET est un client d’Eres, et prouve que dans une entreprise familiale, l’actionnariat salarié c’est possible ! Nous en reparlerons.

Prix Coup de Coeur du Jury : GECINA, pour son effort de relance massif de son actionnariat et sa dynamique de croissance à la sortie d’une période difficile.

C’est le Ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire en personne qui est venu remettre les prix. Agnès Touraine, qui dans le cadre des travaux en cours sur le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises dirige avec le député Stanislas Guérini la thématique « Partage de la Valeur et Gouvernance des Entreprises) était présente.

Chez Eres et nous pouvons sans crainte de nous tromper dire que nos amis de la FAS partagent cet enthousiasme, nous avons bien aimé le niveau d’ambition affiché par Bruno Lemaire pour ce volet du PACTE dans son discours :

« L’actionnariat salarié est un outil puissant pour réconcilier les Français avec l’entreprise. Il entretient deux cercles vertueux favorables à la croissance : l’un par une plus grande implication des salariés, l’autre par le développement d’une épargne finançant le développement de nos entreprises. Je souhaite que le plus grand nombre de salariés puisse avoir accès à un dispositif de partage de la valeur. L’actionnariat salarié doit y tenir toute sa place. Je porterai des propositions à cette fin dans le cadre du plan d’action sur la croissance et la transformation des entreprises, au printemps 2018. A terme, mon souhait est que 100% des salariés puissent bénéficier d’un dispositif d’intéressement ou de participation et qu’une part significative du capital des entreprises, visant les 10%, puisse être détenue par les salariés, en moyenne ».

Bien sûr,  il y a la communication politique et la réalité, mais l’ambition est bien là avec ces deux objectifs de 100% et 10%.

Suivez www.partageduprofit.com pour vérifier qu’elle se traduira dans les faits !

*La Fédération Française des Associations d’Actionanires Salariés et Anciens Salariés (FAS) rassemble les associations d’actionnaires salariés et anciens salariés qui se sont constituées au sein des entreprises françaises, des PME non cotées jusqu’aux grands groupes internationaux. Elle représente les 3,5 millions d’actionnaires salariés en France. Organisé en partenariat avec Amundi et LHH-Altedia, le Grand Prix de la FAS récompense chaque année les sociétés françaises qui participent activement au développement de l’actionnariat

Lire aussi :

Pourquoi la France est-elle championne d’Europe de l’actionnariat salarié ?