L’essentiel des marchés financiers du mois écoulé.

Les marchés actions ont évolué sans véritable tendance au mois d’août dans des volumes relativement faibles liés à la période estivale.

Les publications économiques ont été rassurantes. L’activité est toujours vigoureuse aussi bien aux Etats-Unis (ventes de détail, indicateurs de confiance, production industrielle) qu’en Europe (PIB, chômage, commerce). Seule l’inflation reste toujours inférieure aux objectifs des Banques Centrales.

Du côté des entreprises, les résultats semestriels ont pesé sur certains secteurs. La distribution confrontée à la digitalisation a été pénalisée par les résultats de Carrefour et des perspectives révisées à la baisse. Le titre chute de près de 17% en bourse, entrainant dans son sillage Casino (-7%). Le secteur de la communication et des médias est également sous pression, avec la crainte d’une chute des revenus publicitaires (TF1 recule de près de 9% et M6 cède 6%).

Le principal fait marquant du mois est d’ordre géopolitique, où les tensions persistent entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. La joute verbale entre les dirigeants des deux pays est montée d’un cran, Donald Trump prévenant son homologue que la Corée du Nord se heurtera « au feu et à la colère » si elle persiste à menacer les américains. Dans ce contexte, les investisseurs se sont réfugiés sur les emprunts d’Etats, provoquant une nouvelle baisse des taux sur les obligations souveraines.

Enfin, sur le marché des changes, l’euro continue sa progression face au dollar, s’inscrivant à 1.19$ pour 1€ (soit une hausse de près de 15% sur l’année).

Les actions sont assez chères, le marché semble tendu et incapable de poursuivre sa hausse. L’investissement en actions reste maintenu car il n’y a pas ou peu d’alternative : les taux restent très bas et on pense qu’avec les niveaux actuels d’inflation, les Banques Centrales vont à nouveau ajourner la hausse des taux courts. Donc vigilance, les résultats des entreprises seront déterminants.

Lire aussi :

Report du prélèvement à la source : A vos PERP, prêt, partez !